↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Black Mountain


Date : 28/11/2005
Salle : la Boule Noire (Paris)
Première partie : Dead Meadow
Maxime, le 03/12/2005
( mots)
Contrairement à ce que l'on aurait pu croire, c'est Black Mountain qui assura la première partie du show, en ouverture de Dead Meadow, et non l'inverse. C'est donc aux canadiens de commencer les festivités et de réchauffer les coeurs et les oreilles en ce (très) froid soir de novembre. Black Mountain 20 heures 15 et la bande de Stephen McBean prend placidement possession de la scène. Toujours aussi barbus et chevelus, les Black Mountain feraient presque passer la Boule Noire pour le 56ème festival des amis du Reblochon de Haute-Savoie. Mais les premiers accords de guitare viennent stopper tout sarcasme. Il sera question de rock'n' roll. Et de haute volée. Les réjouissances débutent avec une nouvelle compo toute en puissance sauvage et maîtrisée. Nous sommes rassurés, ces gens là sont plus que jamais sur la bonne voie. Quelques autres titres inédits viendront étoffer le set, principalement constitué du contenu du premier album. Légèrement accéléré, "Modern Music" exprime toute son urgence tandis qu'un "No Satisfaction" viendra enflammer le public. Sur scène, les morceaux de Black Mountain prennent du muscle, laissant paraître à vif la tension sourde qui règne sous leur apparente indolence. Stephen Mc Bean pète une corde sur presque chaque titre. Seule petite ombre au tableau, la présence un peu trop effacée d'Amber Webber, qu'on entend trop peu. Et nous le voilà confirmé : oui, "Don't Run Our Hearts Around" est bel et bien une putain de chanson. Dead Meadow Après une heure de concert sans la moindre fausse note, les Black Mountain cèdent leur place à leurs potes de Dead Meadow (que peu dans la salle connaissent, apparemment). Sur des bases plus ou moins voisines de leurs comparses canadiens, les Dead Meadow présentent une nette prédilection pour les jams psychédéliques. Les titres n'en finissent pas de s'envoler, de repartir, pour ne semble-t-il jamais finir. La guitare fuzz, omniprésente, s'emploie à faire planer l'auditeur. Si quelqu'un avait de l'acide, c'était le moment de le sortir, trip vers les années 60 garanti ! Néanmoins, l'artillerie sonore vintage efficacement déployée ne cachera pas les structures approximatives des chansons ainsi que leurs faiblesses mélodiques. Hors du contexte scénique, Dead Meadow risque d'être moins convaincant. La soirée se termine pas une jam monstrueuse entamée avec le renfort des Black Mountain revenus pratiquement au complet sur scène afin de nous asséner avec leurs potes l'ultime coup de semonce. On quitte la salle euphorique, persuadé que si le rock est une religion, ces types doivent détenir un fragment de la Vérité. Ou tout du moins sérieusement en approcher.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également