↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Billet Albumrock

Recoversion #48 : Heroes, Poivrons, polémiques et whiskys-coca


Maxime L, le 07/09/2020
C'est la rentrée pour Recoversion, avec nouveau générique et nouvelle cover pour ce 48ème épisode.
 
Au programme , un des personnages les plus influents de l'histoire de la musique contemporaine, aux incarnations multiples : David Bowie ; et l'un de ses titres les plus iconiques : "Heroes", revu et corrigé ici par les chantres du heavy-métal dont le Leader est aussi charismatique que légendaire.
 
La suite dans les notes et dans l'épisode.
 
Bonne écoute !
 
Pour échanger avec moi :
Par mail : recoversionpodcast@gmail.com
Sur twitter : @Recoversion
Sur Instagram : @recoversionpodcast
Sur Facebook : @Recoversionpodcast
 
Dans l’épisode :
"Heroes" par David Bowie
"Heroes" par Motörhead
Le doc "Lemmy" sur Youtube
 
Diffusés dans l'épisode :
"Under Pressure" par Queen et Bowie
"Silver Machine" par Hawkwind
 
Pour aller plus loin :
"The Rise and Fall (...)", "The Next Day", par Bowie
"Ace of Spades", par Motörhead
"Fool's Paradise" par The HeadCat
 
Écouter l’épisode sur :
En savoir plus sur Hawkwind, David Bowie, Motörhead

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également