↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Wishbone Ash


Coat of Arms


(28/02/2020 - SPV - - Genre : Rock)
Produit par

1- We Stand As One / 2- Coat of Arms / 3- Empty Man / 4- Floreana / 5- Drive / 6- It's Only You I See / 7- Too Cool for AC / 8- Back in the Day / 9- Déjà-Vu / 10- When the Love is Shared / 11- Personal Halloween
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Vingt-trois albums, cinquante ans de carrière : Wishbone Ash toujours présent. "
François, le 24/03/2020
( mots)

Wishbone Ash est un groupe incontournable des années 1970, vous trouverez sur le site de nombreuses chroniques et références qui en attestent. Désormais mené par Andy Powell  – c’est-à-dire sans Martin Turner -, la formation a connu de nombreux changements, dont le plus récent est l’arrivée de Mark Abrahams à la guitare en 2017. Powell est donc le seul membre d’origine, depuis un moment déjà. 


Les derniers albums de Wishbone Ash étaient plutôt réussis, même si les titres épiques aux mélodies bien trouvées avaient tendances à se fondre dans un ensemble blues-rock assez conventionnel et manquant de relief. Dans Blue Horizon (2014), "Take It Back" et "All There Is To Say" étaient ainsi de vrais chefs-d’œuvre. Evidemment, et quoi de plus normal, quand on écoute du Wishbone Ash, on cherche avant tout Argus, leur classique de 1972. Ceux qui connaissent un tout petit peu le groupe comme les plus grands fans s’accorderont là-dessus. C’est peut-être ce qui avait un peu déçu sur la production très honorable des années 2000, et surtout pour Clan Destiny, complètement blues-rock. 


La pochette médiévale et son blason, nous donne un peu d’espoir, rappelant l’univers du chevalier mystérieux tourné vers l’est. De plus, "We Stand as One", le titre promotionnel, proposait une sacrée mélodie à la guitare, relativement martiale pour un hymne écologique, avec un passage planant et émouvant en guise de solo. Une très bonne ouverture d’album qui met l’eau à la bouche. 


La présence de titres relativement longs laisse aussi penser à un nouveau déploiement musical. Ils sont deux à atteindre (presque) les huit minutes. Tout d’abord, le titre éponyme fondé sur un riff en montée/descente, et une belle harmonie entre les deux guitares. Assez bluesy, il surprend par de beaux ponts, des variations et des duels incroyables. Encore une fois, le groupe propose un morceau assez excellent dans la veine d’Argus. "It’s Only You I See" est la seconde pièce montée. C’est un titre agréable qui oublie de décoller, alors que dès la fin du premier couplet, un départ à la guitare acérée, aux notes tranchées, aurait pu apparaître. Il arrive, exactement comme on l’attendait, à presque trois minutes. Et c’est partie pour les digressions guitaristiques, mélodiques et nuancées : ce sont les plus belles de l’album, ces cinq dernières minutes sont incroyables. 


Il ne faut pas pour autant s’arrêter à ces titres, Coat of Arms regorge de surprise. "Empty Man", balade à la Wishbone Four, est très réussi, avec ses variations sur le riff (presqu’en ska parfois) et sa densité impressionnante. Le travail sur les lignes de guitare, encore une fois, mérite d’être salué. "Back in the Day", autre single, déborde d’énergie, avec un pont type mandoline et un solo aérien. 


Quelques faiblesses demeurent. "Floreana" est un peu mièvre et datée, et de nombreux titres sont agréables sans être remarquables. "Déjà Vu", dans ce registre, est beaucoup plus convaincant par ses côtés médiévaux ("Greensleeves"...). "Drive", "Too Cool for Ac", "When Love Is Shared" ne sont pas loupés, mais restent assez anecdotiques, quand le blues-rock "Personal Halloween", renforcé par des cuivres, se perd dans le manque d’originalité de ce style de morceau éculé. Rien de mauvais, disons plutôt du quelconque. 


Pour ses cinquante ans de carrière, Wishbone Ash offre un vingt-troisième album tout à fait légitime, et prouve qu’il demeure une référence dans le monde du rock. Il se situe d’ailleurs dans le haut du panier des productions des années 2000. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Wishbone Ash


Just Testing


Critique d'album

Wishbone Ash


New England


Critique d'album

Wishbone Ash


Locked In


Album de la semaine

Mark Lanegan


Straight Songs Of Sorrow


"

A peine 7 mois après la sortie de l’excellent Somebody's knocking , revoilà déjà un nouvel album de Mark Lanegan, Straight songs of sorrow . Si les fidèles du vieux loup américain sont habitués à la régularité stakhanoviste de ses sorties, ce douzième disque solo (le sixième en 8 ans) revêt un caractère particulier, car il parait conjointement à son autobiographie, sortie aux Etats-Unis sous le nom de "Sing Backwards and Weep".

"
À lire également