↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Visigoth


Conqueror's Oath


(09/02/2018 - Metal Blade Records - Revival Power Heavy - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Steel and Silver / 2- Warrior Queen / 3- Outlive Them All / 4- Hammerforged / 5- Traitor's Gate / 6- Salt City / 7- Blades in the Night / 8- The Conqueror's Oath
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un très bon album pour réviser sa maîtrise du champ lexical du Moyen-Age et de la fantasy en anglais."
François, le 01/01/2019
( mots)

Il y a des albums qui attirent l’œil par leur pochette, si bien qu’on se dit en les regardant : "Pourvu que je vais en aimer le contenu tant le contenant me plait ! Je serais vraiment frustré de ne pas pouvoir admirer cette belle illustration enfin jointe à ma collection". Finalement, malgré internet qui permet de vérifier si tel ou tel groupe vaut l’écoute, la magie de la pochette reste essentielle dans notre rapport initial avec une œuvre musicale. Imaginez la tête du jeune de la fin des sixties qui, chez son disquaire, découvrait ce visage rouge, terrifié et terrifiant, sur In The Court of the Crimson King dans les bacs … Comment pouvait-il résister alors qu’il ne savait vraisemblablement pas à quoi il allait devoir se confronter ? 


Que dire alors de ce camaïeu de bleus, de cette guerrière - qui n’est pas Jeanne d’Arc - la "Warrior Queen" à l’armure épaisse et à la monture richement parée, de cette ambiance aux confins du Seigneur des Anneaux et des Chroniques de la Lune Noire … Une véritable invitation à l’aventure médiévale fantastique, pleine de promesses et de titres épiques. Visigoth propose une magnifique façade pour un album qui n’est pas moins bon. 


Cette pochette rappelle également un univers graphique qui est celui du Heavy Metal américain à forts relents Power dont certains noms font rêver l’amateur : Omen, Cirith Ungol, Manilla Road … Car oui, le groupe de Salt Lake City est une des formations les plus talentueuses de la dynamique "revival" très forte aux Etats-Unis qui touche tous les sous-genres liés au rock et au metal. De là à dire que Visigoth est au power metal ce que Rival Sons est au hard rock … Si la production est moderne, le jeu, les mélodies, les sonorités et les références regardent vers le passé. Amoureux de musique épique et de solos en mineur harmonique, vous êtes les bienvenus. 


L’album se démarque néanmoins du précédent opus avec des titres plus courts et moins lourds (dans le sens Doom). Visigoth se veut plus direct, plus rentre-dedans. Seule exception, le titre éponyme, judicieusement placé en fin d’album, le seul qui garde cette lourdeur (n’enlevant rien à sa dimension épique). Ce style plus efficace amène parfois le groupe à lorgner vers un hard rock plus conventionnel avec le terrible hommage à leur ville, "Salt City". De la basse en slapping aux deux derniers accords conclusifs, on se croirait reparti quarante ans en arrière. Par ailleurs, il faudrait creuser sur le rapport qu’entretiennent les groupes américains de ce style avec leur ville natale : Cirith Ungol organise un Frost and Fire Festival (du nom de leur premier album), chez eux, à Ventura (Californie). 


Les thématiques restent celles chères à nos musiciens nourris de fantasy et autre dongeonneries : si vous voulez l’ensemble du champ lexical des épées et des châteaux, vous serez servis. Y’a-t-il un seul titre sans les mots "Steel" ou "Sword" ? Ainsi, un hommage à l’univers du jeu vidéo médiéval-fantastique (The Witcher) est rendu dans "Steel and Silver". On peut légitimement railler cette tendance caricaturale ("Hammerforged", quel titre …), mais le genre perd en saveur sans cette caractéristique. 


Musicalement, Visigoth nous offre un album d’une très grande qualité. "Steel and Silver", ouvrant l’album, en est la pièce maîtresse avec son introduction à la guitare dans un style power-mélodique et son refrain guerrier. Le titre est un excellent choix pour introduire l’auditeur dans cet opus, mais il est d’une telle qualité qu’il a tendance à éclipser la suite pourtant très bonne. 


Ainsi, des titres de bonne facture mais moins mémorables comme le speed "Outlive them All" et ses fûts survoltés (bien que le solo réalisé avec une dextérité hors-norme rende le titre intéressant), ou encore "Blades in the Night", tombent très vites dans les oubliettes, pour filer la métaphore jeu de rôle. 


Du reste, tout est mis au service de l’épique : les riffs multipliant les notes, les chœurs à la limite de l’armée rouge qui ponctuent de nombreux morceaux, l’ambiance martiale du style « calme avant la tempête » comme sur "Traitor’s Gate" (on attend une armée sortant du brouillard à la fin de l’introduction). Les mélodies des solos sont particulièrement travaillées, alternant des lignes soignées qui accrochent l’auditeur et des démonstrations techniques toujours à propos. 


Peut-on parler de Visigoth sans s’exclamer "Quelle voix !". Écoutez-la au moment du pont de "Warrior Queen", sur fond de flûte et de guitare acoustique. Et quand de l’écho renforce un peu cette tessiture sur l’introduction de "Hammerforged", nous voici directement transportés dans des contrées pleines de guerriers, dragons, et autres elfes. Et les "ouh" lançant les solos ou les ponts qui donnent un réel relief aux morceaux. Bref, le travail de Jack Rogers est tout bonnement remarquable. 


Si Visigoth ne propose rien de révolutionnaire, il ne peut qu’emporter les mélomanes et aficionados du genre metal épique américain. Fier de ses racines mais volontiers inventif, il nous permet d’affirmer que tout n’avait pas été dit, et il serait dommage de passer à côté de Conqueror’s Oath à cause de ce genre d’à priori. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !