↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Travis


Ode to J. Smith


(29/09/2008 - Red Telephone Box, Fontana - Brit Pop - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Chinese Blues / 2- J. Smith / 3- Something Anything / 4- Long Way Down / 5- Broken Mirror / 6- Last Words / 7- Quite Free / 8- Get Up / 9- Friends / 10- Song to Self / 11- Before You Were Young
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un sixième album pas aussi réussi qu'il aurait pu l'être..."
Nicolas, le 09/01/2009
( mots)

Quand on évoque Travis, le grand public pense immédiatement à l'année 2001, époque où le single "Sing" avait inondé les ondes FM et avait valu à l'album The Invisible Band un joli succès européen. Et puis, l'effet de mode étant passé, les écossais ont finit par réintégrer (du moins dans notre contrée) un semi-anonymat qui leur permet néanmoins de prospérer largement outre-Manche en régalant les amateurs de britpop feutrée. Et si la médiatisation s'en est allée, la qualité, elle, demeure.

Preuve en est ce sixième album, dont le patronyme mystérieux, les paroles parfois surréalistes et l'artwork absolument ignoble cachent pas mal de surprises, de bonnes comme de mauvaises. Commençons par le point qui pose vraiment problème, et ça tombe bien, il se situe en début de playlist. Travis a ainsi décidé de muscler sa pop en la dopant avec des guitares un peu plus lourdes que de coutume. Pas foncièrement une mauvaise idée en soi, mais voilà : ces textures semblent artificiellement plaquées sur des titres qui ne sont pas faits pour les recevoir. On ne peut s'empêcher de songer à ce que seraient devenus des morceaux sensibles comme "Chinese Blues" ou l'acceptable single "Something Anything" s'ils avaient été allégés de quelques décibels superflus. De plus, quand Francis Healy force sur sa voix comme sur "Long Way Down", le rendu final ne lui rend pas vraiment honneur. Ajoutez à cela une bizarrerie à la construction complètement décousue ("J. Smith") et vous obtenez un début d'album poussif qui peine vraiment à convaincre.

Mais ceux qui n'ont pas persévéré au delà des cinq premiers morceaux ne savent pas ce qu'ils manquent, car la suite prend le parti de ménager à nouveau les amplis et se révèle heureusement d'un tout autre niveau. Tout d'abord avec "Last Words" dont le ukulele rappelle furieusement le "Sing" de l'époque passée, un poil de naïveté en moins. Puis c'est un lent crescendo qualitatif qui amène au prodige de l'album, le deuxième single "Friends", une balade pop douce-amère comme Travis sait si bien les trousser. Le titre est si bon qu'il justifie à lui seul l'achat du disque, c'est dire. D'autant que la fin emphatique n'est pas en reste, entre un "Song To Self" qui évoque parfaitement ce que pourrait être U2 s'il laissait sa vanité au vestiaire, et une excellente conclusion représentée par "Before You Were Young" au sein de laquelle le piano cède rapidement sa place à une section rythmique surprenante d'intensité.

Avec Ode To J. Smith, Travis a tenté de bouleverser ses schémas habituels sans forcément rencontrer un rendu aussi irrésistible qu'il l'aurait souhaité. Au contraire, lorsque le groupe reste dans le style qu'il maîtrise le mieux, il tutoie l'excellence avec une déconcertante facilité. Reste que cet album est de très bonne tenue, pas forcément le meilleur du groupe (12 Memories étant un bon cran au dessus), mais d'une qualité bien suffisante pour rassasier les fans de ces épatants écossais.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Travis


12 memories


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également