↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Tindersticks


Wainting for the moon


(01/06/2003 - - Chamber Pop - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Until the morning comes / 2- Say goodbye to the city / 3- Sweet memory / 4- 4.48 psychosis / 5- Wainting for the moon / 6- Trying to find a home / 7- Sometimes it hurts / 8- My oblivion / 9- Just a dog / 10- Running wild
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
""
Lilian, le 19/10/2003
( mots)

De tout les albums déjà paru pour Tindersticks (et y'en a ! mirez donc...) c'est bien la première fois que je me décide à en acheter un ! C'est sans doute du à un packaging d'énorme qualité. La très jolie pochette nous dévoile les visages des six membres du groupe, peints par la talentueuse Suzanne Osborne.

Cet album, côté musique, s'inscrit quant à lui tout à fait dans la lignée des titres de Tindersticks que j'avais déjà pu entendre. Des mélodies lentes et mélancoliques, emmenées par la voix extrêmement douce et hypnotisante de Stuart Staples. On retrouve donc très logiquement une grande partie de ballades comme ce tout premier titre "Until the morning comes" quasiment dépourvu de musique sur toute une moitié de chanson, pour finir dans un festival de corde. Heureusement pour nos oreilles averties (et vite blasées!), les six anglais (et oui, une fois n'est pas coutume !) ont plus d'un secret pour nous tenir en haleine. L'émotion dégagée dans chacun des titres est intense et ne pourrait laisser insensible que quelqu'un de très mauvaise foi.

En décalage avec un style propre et bien défini, Tindersticks s'offre quelques extravagances et signe des titres un peu plus "concepts" très appréciables comme "Say goodbye to the city" et son chant stressé et répétitif, "4.48 psychosis" obsédant par ses guitares qui semblent ne jamais vouloir s'arrêter, ou encore "Just a dog" et son air un peu country sur fond d'harmonica, qui fait figure de morceaux un peu moins sérieux.

Le temps d'un "Sometimes it hurts", Staples s'offre un duo avec une certaine Lhasa, chanteuse argentine. Un mélange judicieux qui à ce stade de l'album permet de sortir de l'homogénéité de la voix du chanteur.

Il faut absolument découvrir la musique de Tindersticks, quitte à ne pas aimer, mais au moins juste pour ne pas rester "idiot" et découvrir un style si peu médiatisé.
Violon, piano, voix enchanteresse, on ne peut pas leur enlever que cet album, calme et romantique, propose une excellente musique de fond pour vos soirée en duo, et plus si affinités...

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Tindersticks


The Something Rain


Album de la semaine
À lire également