↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Flying Eyes


Lowlands


(27/07/2013 - Noisolution - Heavy blues-rock psychédélique - Genre : Rock)
Produit par

1- Long Gone / 2- Under Iron Feet / 3- Rolling Thunder / 4- Smile / 5- Alive In Time / 6- Lowlands / 7- Eye Of The Storm / 8- Comfort Machine / 9- Surrender
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Blues-rock heavy ou psyché, le quatuor de Baltimore revisite le rock des 70's !"
Marc, le 01/08/2013
( mots)

Après un premier essai blues-rock puis une digression plus psychédélique, les Flying Eyes explorent encore une fois le son de la fin des 60's et du début des 70's tout au long de leur troisième opus. Des Doors à Black Sabbath, les influences ont été assimilées et le quatuor de Baltimore tente ici de s'en émanciper. Ce jeune groupe américain, qui jouit d'une bonne audience européenne suite à la réalisation de ses deux précédents albums sur des labels allemands et une tournée annuelle sur le vieux continent, n'a cependant pas complètement bouleversé sa méthode. Si ce dernier opus a été finalisé avec Noisolution, leur nouveau label germanique, il a en revanche été financé par une campagne Kickstarter avec la récolte des 10,000 $ minimum requis. Une somme qui leur a permis d'enregistrer ce Lowlands à Baltimore avec un producteur attitré, Rob Girardi (Beach House, Arbouretum...), mais aussi un mixage et un mastering à la hauteur de leurs espérances. Toutes les conditions étaient donc réunies pour que The Flying Eyes nous délivre un brûlant condensé de heavy rock vintage.

Quelques petites surprises parsèment l'écoute des premiers titres, le son y est sensiblement plus métal et moins distordu que sur le précédent album, beaucoup plus franc du collier. En témoigne "Under Iron Feet", avec une basse plombée et des riffs de guitare énergiques, ou "Rolling Thunder", un mix de Black Sabbath et d'AC/DC avec une inédite ressemblance vocale entre Will Kelly et Kurt Cobain dans le refrain. La seule et sempiternelle comparaison avec Jim Morrison n'est donc plus de mise. "Smile", plus mélancolique, est un morceau passerelle entre le début implacable de l'album et sa suite, où la puissance et nonchalance se croisent. Avec la guitare acoustique en trame de fond dans "Alive In Time" et la pedal steel qui enveloppe "Lowlands", le spectre du rock made in America durant ses années libertaires est parcouru sans faute de goût, sans révélation non plus. Si "Comfort Machine" lorgne sur le grunge avec quelques détours stoner, la sitar de "Surrender" nous renvoie à une époque que très peu d'entre nous ont réellement connue, si ce n'est à travers ces mélodies qui, jouées par ces jeunes de Baltimore, n'ont pas pris une ride.

La puissance vocale de Will Kelly et l'inspiration des musiciens qui l'accompagnent font de The Flying Eyes un groupe où l'harmonie est prégnante. Si la musique de nos aïeuls vous fait toujours vibrer vous n'avez donc aucune raison d'ignorer ce Lowlands. Sur scène le quatuor a même encore un peu plus de chances de vous impressionner, il sera d'ailleurs en Europe pour une nouvelle tournée de deux mois à partir du mois d'août. Hélas, les portes de la renommée lui sont toujours plus ou moins fermées en France, une seule date est programmée... Ainsi va la vie du rock par ici, en attendant, The Flying Eyes ne font pas semblant de s'y adonner.

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Flying Eyes


Done So Wrong


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également