↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Stereolive


Démo


(01/01/2008 - - - Genre : Rock)
Produit par

1- Out of Time / 2- I can't get enough / 3- Spare the rod / 4- The City
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (45 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Stereolive, Sélection AlbumRock de janvier. Un rock terriblement efficace."
Pierig, le 14/02/2008
( mots)

D'une considération rock très lycéenne, Stereolive naît en 2006 dans l'insouciance la plus totale. Sans réelle ambition de départ, les 4 parisiens s'amusent à jongler entre mélodie pop, rythme punk efficace et énergie débordante. Les concerts affluent, s'enchainent et leur offrent ainsi une réelle crédibilité face à leurs expériences grandissantes. Un rock aliéné, ambitieux sans prétention, créatif sans révolution : Stereolive est notre sélection AlbumRock de janvier.


Un plaisir hype, dans l'urgence, "I can't get enough" se veut jouissif et brutal. Pas de temps à perdre, la vitesse de l'euphorie renvoie au courant britannique et son culte du rock mélodique. La particularité du titre ne réside pas dans ses premiers riffs mais bel et bien dans ses derniers où le grain musical se teint en un rouge écossais, très Fratellis. Dans une ambiance plus sombre, Astor (chant) déchire sa voix sur des sonorités lugubres et froides, proche des claviers des Horrors dans "Out of time". Un autre chemin, plus profond et sans nul doute plus personnel qui sait néanmoins garder le cap d'un rock ouvert et accessible, signature du groupe.

A jamais les Kinks signeront la musique de demain. Le chœur de "The City" détourne l'amertume du chant pour l'orienter vers un courant très 70's, avec son rythme élancé et terriblement entêtant. Un titre qui nous fait d'ailleurs apprécier l'étendue technique du quatuor.


Des projets en cours, un détour prochain en studio, des dates qui s'accumulent. Stereolive est désormais prêt à se confronter au plus grand nombre, à s'affirmer comme une formation rock unique et sortir, la tête haute, de la meute aux dents aiguisées, courant derrière une pseudo reconnaissance rock, empiétant sur des talents aussi clinquants que ceux de Stereolive.


A voir également : Le Live Report et l'interview au Showcase.

Si vous aimez Démo, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Stereolive


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également