↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Sleigh Bells


Reign of Terror


(24/02/2012 - Mom+Pop/Sony Music - Punk/electro - Genre : Ska / Punk)
Produit par

1- True Shred Guitar / 2- Born to Lose / 3- Crush / 4- End of the Line / 5- Leader of the Pack / 6- Comeback Kid / 7- Demons / 8- Road to Hell / 9- You Lost Me / 10- Never Say Die / 11- D.O.A.
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.0/5 pour cet album
"Une sucrerie bruitiste bien trop écœurante "
Didier, le 12/04/2012
( mots)

Pop tabassée, riffs acérés, attitude rentre-dedans, morceaux abrasifs, le premier album de Sleigh Bells, Treats paru en 2010, avait généré un accueil dithyrambique à coups de qualificatifs tous plus violents ou industriels les uns que les autres. Le duo de Brooklyn, composé de Derek Miller, ex-guitariste de la formation hardcore Poison The Well, et de Alexis Krauss au chant, frappait d’emblée les esprits en appliquant une formule aussi simple qu’efficace : une voix pop éthérée et des riffs de guitare métal, saupoudrés de boucles électroniques. Bref, un mix dance punk assez surprenant, poussé sur la vague de la hype par la contestable M\.I\.A\. Une image de durs encore renforcée en concert, où le duo joue en permanence sur la dualité entre une Krauss modèle poupée eurodance et un Miller limite cliché métalleux hargneux. Ajoutez donc un mur d’amplis en fond de scène pour renforcer l’image de gros son, et le tour est joué.

Si Treats avait frappé fort d’emblée, ce surprenant vainqueur critique de l’année 2010 posait pourtant une question cruciale : jusqu’où le duo new-yorkais allait-il pouvoir pousser une formule finalement assez limitée sur papier ? En guise de réponse, voici le second opus du groupe, Reign of Terror. Sneakers féminines ensanglantées et camouflage militaire ornent la pochette, le ton est donné d’emblée. Les deux yankees n’ont nullement l’intention de se départir de cette image décapante qui leur va si bien. En route donc pour le règne de la terreur, au propre comme au figuré.

Saturation à tous les étages, compressions à la limite de l’excès, redites du premier opus, Reign of Terror donne plus l’impression d’un joyeux bordel que d’un album structuré. Pire encore, certains morceaux ("Crush") filent droit vers le putassier et donnent l’horrible impression de subir un collage musical foireux entre un môme qui écouterait Slayer en voiture et les basses douteuses d’une boîte à touriste de la Costa Brava. Où quand l’audace et l’avant-gardisme frisent avec le mauvais goût et le mauvais plan média. L’alternance entre pop-synthétique et riffs métal se perpétue plages après plages, mais le combo s’avère plus désordonné que jamais. C’est gentillet, parfois très adolescent, mais l’immédiateté du premier album ne semble plus à l’ordre du jour.

Au contraire, le groupe, sans doute conscient qu’il à quelque chose à prouver, se lance dans des élucubrations sonores qui virent bien trop vite à la bouillie tapageuse. Cela joue vite et fort, mais cela sonne surtout comme une soirée pour ado qui aurait été (mal) enregistrée par un ingénieur du son sous kétamine. Pas - ou trop peu - de mélodies, des constructions musicales limite branlantes, un usage du chant sucré pop qui vire à l’écœurement, la coupe est pleine. A force de vouloir trop surprendre, le duo se retrouve victime de ses propres gimmicks et lâche l’auditeur, qui n’en redemande pas. On aurait bien voulu, mais on n’a franchement pas pu. Et ce n’est pas la récente reprise foireuse de l’abominablement saoulant  "Irrepleacable" de Beyoncé qui risque de nous faire changer d’avis. Triste bilan.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également