↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Sixx A.M.


Prayers for the Damned Vol. 1


(29/04/2016 - - Heavy Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Rise / 2- You Have Come to the Right Place / 3- I'm Sick / 4- Prayers For The Damned / 5- Better Man / 6- Can't Stop / 7- When We Were Gods / 8- Belly Of The Beast / 9- Everything Went To Hell / 10- The Last Time (My Heart Will Hit the Ground) / 11- Rise of the Melancholy Empire
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un premier volume qui sent bon les riffs lourds et les envolés lyriques. Un tournant pour Sixx A.M. ?"
Erwan, le 23/08/2016
( mots)

Sorte de side project pour membres de Mötley Crüe en année sabbatique, Sixx:A.M. réuni une nouvelle fois Nikki Sixx, DJ Ashba et James Michael dans un nouvel album, Prayers For The Damned Vol.1. Un titre qui signale donc qu’un volume deux va paraître, normalement dans le courant de l’année. L’entreprise d’un double album pour un groupe qui n’a pas forcément vocation à proposer quelque chose de grande envergure, et la possibilité de se câliner les tympans avec du bon heavy direct from the 80’s, font de ce premier volume de Prayers For The Damned un album sur lequel il ne coûte rien de se pencher.


Parler d’un album de heavy fait par des mecs qui savent faire ça depuis leurs 11 ans et n’ont pas évolué depuis est assez simple. Les riffs de ce Prayers For The Damned Vol.1 sont relativement lourds, bien saccadés, dans des tonalités on ne peut plus classiques, et accompagnés par une batterie profonde qui sait marquer les temps forts des morceaux. Pour les riffs, rien d’étonnant. Tous ont été composés par DJ Ashba, guitariste présumé génial que l’on n’a malheureusement pas eu assez souvent l’occasion d’entendre sur CD depuis le début de sa carrière tant sa participation à cette parodie des Guns N’Roses entre 2009 et 2015 lui a fait perdre du temps et a terni son image. Le guitariste n’a rien de vraiment attachant en lui, mais fréquente le milieu du heavy californien depuis des années et en a bien assimilé les codes. Ainsi, si on repassera pour l’originalité, l’efficacité est bien là. Comme quoi, on peut assurer dans le milieu du heavy américain tout en possédant une marque de vêtement appelée Ashbaswag.


La batterie est tenue par Dustin Steinke, batteur du groupe en tournée depuis 2015, qui se retrouve donc pour la première fois sur un disque avec la bande de Sixx:A.M.. Ce qui libère James Michael de cette fonction, lui qui ne s’occupe plus que du chant, avec une certaine énergie, et de la guitare rythmique ainsi que des claviers. Bien sûr, Nikki Sixx est à la basse. Le fondateur de Mötley Crüe reste avec DJ Ashba la principale source de composition pour le groupe, lui qui s’occupe également de l’image de la formation qui reste, d’un point de vue promotionnel et ce malgré l’arrivée de Steinke en studio, un trio.


Prayers For The Damned avait été teasé assez tôt dans l’année par "Rise", un single d’une efficacité complètement folle qui s’appuyait sur des chœurs sauvages pour donner au morceau tout son dynamisme. Le morceau "I’m Sick" va d’ailleurs fonctionner sur le même procédé. "You Have Come To The Right Place", le morceau qui le suit directement dans l’album, n’est pas encore devenu un single mais en a le même potentiel tant le morceau a tous les atouts d’un bon single radio avec son petit break émotion sur lequel un petit filtre téléphone est apposé sur la voix de Michael. Le groupe a préféré capitaliser sur "Prayers For The Damned", un morceau un poil plus recherché que la lead de Ashba et le ton grave de Michael rendent un peu plus sombre. On reste cependant dans un heavy très classique qui pourrait prendre sur scène une dimension sympathique.


Il flotte dans tout l’album un petit côté opéra metal gothique qui n’est pas pour déplaire aux amateurs de glam. Au sein de cette atmosphère, "When We Were Gods" est le morceau le plus intéressant dans sa construction et sa façon de presque mettre en scène le chant de Michael. Le refrain arrive comme un boulet de canon, et le solo de DJ Ashba sort assez de l’ordinaire pour marquer l’écoute.


Nikki Sixx est à l’origine de plusieurs petites lignes de qualité tout au long du disque, la plus marquante étant sans doute celle qui sert à introduire le morceau "Belly Of The Beast". Un morceau qui fonctionne parfaitement sans réelle guitare rythmique, en laissant Ashba meubler par-dessus la basse avec quelques slides stridents très angoissants.


On ne demande de toute façon pas à Sixx A.M. de réinventer le heavy metal, et ce premier volume de Prayers For The Damned s’écoute avec délice quelques fois avant de s’oublier rapidement au fond d’une playlist. On a quand même hâte d’entendre le second volume, histoire de pouvoir répondre à cette question : Sixx A.M. a-t-il les moyens de devenir une formation majeure sur la scène internationale ?


à écouter pour le plaisir (sinon, pourquoi écouter ?) : "Rise" et "When We Were Gods"


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également