↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Pendragon


Love over Fear


(28/02/2020 - - Rock néo-progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Everything / 2- Starfish and the Moon / 3- Truth and Lies / 4- 360 Degrees / 5- Soul and the Sea / 6- Eternal Light / 7- Water / 8- Whirlwind / 9- Who Really Are We? / 10- Afraid of Everything
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (10 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Pendragon retourne vers les années 1990 tout en se renouvelant : une réussite. "
François, le 06/04/2020
( mots)

Ah Pendragon. Le groupe a bien des détracteurs, de façon tout à fait injuste. C’est tout de même un des piliers du courant néo-progressif, mon préféré de la bande personnellement. Leur place est centrale depuis The Masquerade Overture, puisqu’ils ont lancé le durcissement électrique (bienvenu) du genre. En outre, depuis Pure (2008), ils étaient à la limite du Metal progressif. A la limite, bien sûr. 


Et puis il y les soli aériens et toujours magiques de Nick Barrett, la signature du groupe (c’est d’ailleurs la tête pensante de l’ensemble, et l’unique compositeur). Rien que pour ça, Pendragon vaut le détour. Ils ont une science pour allier rigueur musicale et accessibilité. Mentionnons aussi les pochettes magnifiques qui accompagnent leurs albums, attrait un peu abandonné avec les dernières parutions, mais qui revient au galop pour Love over Fear. Franchement, ce maelstrom d’animaux marins sous fond de camaïeux de bleu, quelle splendeur ! Enfin, dernière caractéristique qui ne change décidément pas, le temps de gestation de chaque album, environ six ans d’attente. On s’y fait, d’autant plus si la qualité est présente. 


Le groupe opère un retour dans le temps. Tout le côté Metal est abandonné, on peut à peine en trouver des bribes sur le sublime "Who Really Are We ?", et encore, avec parcimonie. Barrett a souligné sa volonté de retrouver le son originel du groupe, du moins celui des années 1990. Mais à bien réfléchir, il est même allé plus loin : le premier titre, "Everything", rappelle évidemment leurs vieux albums, mais est rempli de touches yessiennes (de l’introduction au refrain) extrêmement satisfaisantes. Cette inspiration trouvée chez Yes est également très prégnante sur "Eternal Light" (le passage chanté avec une guitare acoustique, ou des échos à "Gates of Delirium"). Sur cette pièce, on retrouve des plans qui évoquent – volontairement, semble-t-il – "Paintbox", un des tubes du groupe. 


Pas de grande fresque progressive ici, mais des morceaux assez longs (environ huit minutes) qui sont, comme annoncés, dans le giron des années 1990. Le très bon "Truth and Lies" rappelle Not of this World (dont le nom est prononcé), et propose une lente et légère progression jusqu’à un solo émouvant. On entend de belles nappes et un petit solo mélodique de Nolan, mais les claviers sont quand même assez en retrait sur cet opus. On a déjà évoqué deux des autres titres les plus denses ("Eternal Light" et "Who Really Are We ?" - une perle), il reste "Water" qui possède des traits jazzy, et garde les qualités esthétiques qu’on peut attendre du groupe. 


De petites pièces pleines de douceur sont dispersées dans l’album : elles trouvent leur cohérence dans l’ensemble, comme des moments où l’auditeur peut souffler. Ce sont des duos piano/voix comme "Starfish and the Moon" ou "Whirlwind". Il y a même une petite fantaisie folk, où mandoline et violon dialoguent : "360 Degrees" est une originalité pour le groupe même si on retrouve bien entendu des plans typiques. Il finit enfin sur un titre surprenant, commençant par une guitare pleine d’effets qu’on retrouverait sur un titre ambiant chill-out, avec des digressions progressives. "Afraid of Everything" conclut brillamment l’album. 


Love Over Fear est un opus franchement rafraîchissant et accrocheur : très varié, jamais pompeux, toujours exigeant et inspiré, c’est une très bonne production du groupe. Coronavirus oblige, leur tournée en France a été annulée, et on est nombreux à se retrouver avec une place sur les bras : ça a quelque-chose d’historique, une bribe du coronatour … Promis, on ira les voir une fois la crise passée. 


 

Commentaires
Francois, le 01/07/2020 à 20:20
@Eric. Merci beaucoup pour ton retour. En effet, IQ n'est pas encore référencé, tout comme Pallas ou Jadis d'ailleurs, dans le même style. Personne n'a eu l'occasion d'en faire une critique et de créer sa page. Mais ça viendra !
Eric, le 01/07/2020 à 16:23
Je découvre aujourd'hui votre site et j'ai lu cette chronique, ainsi que celle du dernier opus de Marillion, FEAR, de très grande qualité. Félicitations. Mais étonnamment, je ne trouve rien sur le troisième groupe fleuron du néo prog des années 80, à savoir IQ, qui comme les deux premiers, continue de nous délivrer de fantastiques albums. Est-ce un simple problème de moteur de recherche ou effectivement, IQ a été oublié sur votre site ?
Francois, le 06/04/2020 à 19:08
C'est vrai, on n'a pas eu cette chance en province ...
launis60, le 06/04/2020 à 18:24
Très juste, rien rajouter on a la même perception de ce magnifique album. Petite précision toutefois le concert "Parisien" à la Maroquinerie a tout de même pu se dérouler le 03 Mars le confinement n'ayant pas encore débuté à cette date.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Avr. 2021
22
Album de la semaine
À lire également