↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Miossec


Chansons Ordinaires


(12/09/2011 - Pias - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Chanson Que Personne N'Ecoute / 2- Chanson Pour Les Amis / 3- Chanson D'Un Fait Divers / 4- Chanson Pour Un Homme Couvert De Femmes / 5- Chanson Pleine De Voix / 6- Chanson Dramatique / 7- Chanson Du Bon Vieux Temps / 8- Chanson Protestataire / 9- Chanson Qui Laisse Des Traces / 10- Chanson D'Insomniaque / 11- Chanson Sympathique
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Qui a dit qu'on n'aimait pas le rock français chez Albumrock?"
Pierre D, le 21/12/2011
( mots)

Miossec revient, comme d'hab' me direz-vous. C'est ça qui est drôle en France, la régularité. Si les Anglo-Saxons semblent avoir pour credo de mourir pitoyablement, se séparer, traverser des crises, laisser passer 6 ans entre chaque albums, les Français semblent être plus besogneux. Personne ne les en blâmera car personne ne crache sur un peu de plaisir renouvelé. Avec le risque de lassitude que cela peut engendrer.

Concernant Miossec c'est un peu compliqué car même s'il produit des disques à intervalle régulier il a le mérite de tenter de se renouveler. Et c'est là que le bât blesse parfois. Comme avec nombre de musiciens, on en vient à se demander si on préfère le voir creuser le même sillon encore et encore (AC/DC étant l'archétype de cette tendance) ou si au contraire on a envie de le voir expérimenter quitte à se planter. Miossec a assurément choisi la seconde option, de sorte que sa voix demeure la seule réelle constante au fil de sa discographie. Si l'instrumentation varie, sa voix demeure et il est aujourd'hui presque sûr que Miossec n'est jamais aussi bon que quand il fait du Miossec vocalement parlant. Il n'y a qu'à voir ce qu'a pu donner L'Etreinte où pour la première et seule fois il tentait de s'affranchir des carcans de sa voix (assez limitée, il faut bien le dire, sans reproche aucun) et clairement, ça ne fonctionne pas. Avec Finistériens et aujourd'hui Chansons Ordinaires le chanteur est donc revenu à une certaine orthodoxie vocale et tout le monde est content. Ça a quelque chose de rassurant, retrouver cette voix et se sentir un peu chez soi.
Question arrangements par contre c'est le grand chambardement car après Finistériens en compagnie de Yann Tiersen, disque plutôt calme, Miossec paraît avoir décidé de faire du bruit. Chansons Ordinaires est gorgé de guitares saturées, de batteries binaires, tout l'attirail nécessaire pour faire un boucan de tous les diables. Dès "Chanson Que Personne N' Écoute" la voix de Miossec se pose sur un mur de guitares qui confine au bruit blanc. Il semblerait qu'à la manière de Nick Cave il ait décidé de faire des albums parfois prématurément vieux (Brûle) et de temps en temps se réveiller et faire beaucoup de bruit. Il avait déjà tenté le passage au tout-électricité sur À Prendre sans totalement convaincre, la faute à un songwriting parfois hasardeux.

Ce qui n'empêche pas de se poser la question : est-ce que le mélange fonctionne parce que j'aime Miossec ou un auditeur réfractaire ou simplement étranger à l'oeuvre du Brestois trouverait-il aussi de quoi le satisfaire ? La voix limitée de Christophe Miossec tient-elle le coup quand on la confronte à une instrumentation puissante et agressive ? La réponse est oui, grâce à un mixage qui n'en fait prévaloir aucune sur l'autre. Et puis il y a les chansons. "Chanson Pour Les Amis" qui pompe la rythmique de "Wake Up" (Arcade Fire) mais utilise le piano à une note, sans doute la plus grande trouvaille musicale (cf. "I Wanna Be Your Dog"). "Chanson Pleine De Voix" avec ses guitares hurlantes, son clavier hypnotique et son chant rocailleux, peut-être le meilleur titre de l'album. "Chanson Insomniaque" qui joue sur les rythmes déséquilibrés lancés à pleine vitesse, éclairés de zébrures de guitare. C'est là que Miossec est meilleur qu'une grande partie de la variété française (même si ça fait un peu mal de le dire, on peut parfois écouter Miossec en y cherchant la même chose que d'autres quand ils écoutent Aldebert) : ne pas se reposer sur des textes plus ou moins bien ficelés mais proposer quelque chose de pertinent en tant que chanson pop. Ou pour résumer : ne pas se contenter d'écrire un texte pour plaquer artificiellement une mélodie dessus, mais au contraire écrire une super chanson pour laquelle il se trouve que le texte n'est pas trop crétin. C'était déjà le cas dès le 1er album ("Non Non Non (Je Ne Suis Plus Saoul)" par exemple) et c'est toujours valable aujourd'hui.

Si ça fonctionne c'est aussi grâce à l'écriture de Miossec qui travaille toujours à l'économie de mots, une méthode qui permet à ses textes de s’accommoder des rythmes binaires propres au rock n' roll. Ce qui n'empêche pas les surprises. Après toutes ces années on a compris que les relations amoureuses sont le thème de prédilection de Miossec, et qui pourrait être résumé ainsi : l'amour c'est souffrir, faire souffrir, quitter, être quitté. La grande joie quoi. Pourtant Chansons Ordinaires déroge à la règle et seule "Chanson Qui Laisse Des Traces" traite des rapports amoureux, de manière assez faible et larmoyante d'ailleurs, mention spéciale au bruit de blizzard qui conclut le titre sans subtilité aucune. Pour le reste on redécouvre un trait de Miossec qu'on avait fini par oublier : l'humour. La plupart des chansons sont désabusées sans se laisser aller à l'amertume et prenne au contraire le parti d'en rire. Et surtout de prendre de la distance avec la variété française. La décision de titrer toutes les chansons de la même manière fait ressembler l'album à un cahier des charges sarcastique où chaque morceau aurait un rôle à remplir pour entrer dans les critères de la chanson française actuelle (d'ailleurs Bénabar a sorti un nouveau disque, comme quoi tout arrive). Même si l'humeur est au constat teinté de déception ("Chanson Protestataire") ou de nostalgie ("Chanson Du Bon Vieux Temps"), il n'est pas ici question de s'enfoncer dans la déprime mais plutôt de rire, un peu jaune certes, mais sincèrement aussi. Protester pour "Dire qu'il fait trop froid en hiver/Que le vin blanc c'est pas bon pour les nerfs" ("Chanson Protestataire"). Clamer, dans ce qui s'apparente à une profession de foi  (ou en tous cas une volonté de s'inscrire dans une tradition) "J'aimerais tant te croire morte comme dans les chansons d'autrefois/Où on chantait l'absinthe et les eaux-fortes comme le clamait si bien Damia (...) C'était mieux avant, on jouait pour les Allemands". Miossec donne pour la première fois dans la franche marade sur "Chanson Sympathique", l'instrumentation de clavier est discrète et le texte est hilarant :"Ce n'est pas parce que tu t'sens seul/Qu'on a besoin de voir ta gueule (...) Ce n'est pas parce que tu t'sens vieux/Que tes conseils deviennent précieux". Là où beaucoup ont échoué, Miossec est parvenu à maîtriser la distance sans cynisme.

C'est sans doute ainsi que le rock français est le plus valable : quand il assume son inscription dans une tradition littéraire nationale tout en prenant acte de la spécificité des rythmes rock et parvient à mêler les deux pour produire des chansons.

Si vous aimez Chansons Ordinaires, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Miossec


Critique d'album

Miossec


L'étreinte


Album de la semaine
À lire également