↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Les Barbarins Fourchus


Le verbe et la beauté


(08/11/2005 - Irfan - - Genre : Autres)
Produit par

1- Le verbe et la beauté / 2- J'avais / 3- 50 piges / 4- Plus con / 5- A un ami / 6- Drôle d'ère de rien / 7- Je suis las / 8- Le poète et l'amour / 9- Le temps / 10- 79 / 11- A tous ceux qui pensent / 12- Jadis / 13- La dernière fois / 14- Le manège éphémère / 15- Au carrefour des ombres
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (10 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un album réaliste et nostalgique sur le temps qui passe, des perles musicales."
Hélène, le 20/11/2005
( mots)

Les Barbarins Fourchus n'avaient pas sorti d'album depuis quelques années sans pour autant cesser toute activité. C'est étrangement tournés vers le passé qu'ils reviennent, avec ce nouvel album Le verbe et la beauté.

Une énorme dose de nostalgie, de regrets se dégage à la première écoute, il faut un peu de temps pour apprivoiser ces sensations, et apprécier pleinement la musique, plus ancrée dans l'ici que dans l'ailleurs, et les paroles parcourant des sujets réalistes, sombres, voire passéistes. Les titres seuls montrent cette tendance : "j'avais", "50 piges", "le temps", "79", "jadis"... D'autres explorent l'érosion de l'amour confronté au quotidien, les méfaits de l'alcool qui fait que l'on "se sent mieux un court instant" dans "A un ami", ou leur vision de la religion selon laquelle "Dieu est mort et son cadavre encombre le monde" dans "Je suis las". On apprécie aussi le portrait vivant d'une génération dans "79".

Quand aux musiques, elles sont toujours aussi diversifiées, mélangeant les instruments, étranges et variés à foison, les arrangements bizarres -- dans le sens positif du mot --, et explorant les genres musicaux, faisant fi des étiquettes. On passe du trip hop à la chanson poétique au rock, au rap... sans complexe.

Quelques descriptions rapides de morceaux coups de coeur : une magnifique ambiance rétro sur "Le verbe et la beauté" avec accordéon style vinyl rayé, l'orgue de barbarie de "A tous ceux qui pensent", créant une atmosphère à la Delicatessen, des allures de promenade à vélo pour "50 piges", un style série tivi policière entre les couplets pour "79".

Un petit mot sur la pochette simple en carton, référence claire mais floutée (oui oui) à l'origine du monde selon Courbet.
Je m'arrête là, c'est un album sur le temps qu'il faut prendre le temps de découvrir.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également