↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kadavar


For the Dead travel Fast


(11/10/2019 - Nuclear Blast - Black Sabbath revival - Genre : Rock)
Produit par

1- The End / 2- The Devil's Master / 3- Evil Forces / 4- Children of the Night / 5- Dancing with the Dead / 6- Poison / 7- Demons in my Mind / 8- Saturnales / 9- Long Forgotten Song
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Le revival made in Germany se porte à merveille avec l'ésotérique Kadavar"
François, le 14/10/2019
( mots)

Kadavar fait partie de ces groupes du revival rock portés aux nues, qui, quand d’autres puisent chez Led Zeppelin, ressortent les musiques psychédéliques et heavy de la fin des 60’s, déterrent la lourdeur de Black Sabbath, et le chant d’Ian Anderson. Leur premier album n’était-il pas un peu surévalué par la critique ? Sûrement. Néanmoins, à travers cinq opus maintenant, le trio allemand propose une musique qui, sans être originale, renoue avec des sons et des ambiances que certains pensaient surannées et qui ne demandaient en fait que d’être redéployées au regard du succès du combo. Cela passe également par une imagerie et un style vestimentaire accordés à l’univers proposé. Le groupe est attachant mais a tendance à offrir une musique un peu monolithique, agréable mais manquant de variété et souvent, peu mélodieuse (dans le sens où la recherche mélodique est secondaire, et rappelant que ce jugement est global, n’oubliant pas que de nombreux titres se détachent comme "The Old Man", entre autres). 


Peut-être que la force de ce For the Dead Travel Fast se trouve dans cette petite évolution sensible dès l’excellent "The Devil’s Master", succédant à l’étrange introduction "The End". Le riff est imparable, lourd mais tranchant, le solo simple mais efficace, l’ambiance se tient tout du long malgré les variations, l’enthousiasme s’installe vite. Une remarque peut être faite à propos du chant, très marqué par les effets (on perd le côté Anderson) et presque en retrait par rapport aux instruments, lui donnant un rôle non pas subalterne mais limité au registre mélodique et instrumental. Ce choix n’est pas gênant. 


"Evil Forces" nous ramène vers un riff presque Metal - que la montée dans les aiguës de Lupus  confirme -  montrant une palette élargie qui garde une place à l’occulte (les rires diaboliques à la fin) et au style doom. Cette caractéristique est très audible sur l’ésotérique "Demon’s in my Mind", ou dans la douceur éthérée de « Saturnales ». 


L’effort d’écriture s’illustre parfaitement avec "Long Forgotten Song", titre relativement long qui, par rapport à "Purple Sage" par exemple, est bien plus abouti au niveau du chant, des différents thèmes (passages doom et incisifs en contraste avec des arpèges plaqués plus calmes, solo voluptueux), des mélodies. On n’a vraiment pas l‘impression que le titre traîne en longueur, part dans des improvisations parfois bancales, favorise la transe et la monotonie au sacrifice du groove. 


L’album est satisfaisant tout au long avec des titres plus classiques comme "Children of the Night" qui parvient à mêler relents sabbathiens et musique hippie (à la Santa Esmeralda pour les mélodies du chant), ce qui paraît de prime abord improbable, mais qui fonctionne très bien. L’accrocheur "Dancing with the Dead" est dans la lignée avec son accord plaqué fuzzy qui rappelle Blues Pills. Enfin "Poison" est peut-être le plus anecdotique de l’album, sans pour autant être dispensable, surtout pour sa conclusion absolument imparable. 


Kadavar ne va donc pas disparaître des radars des amateurs de rock à l’ancienne, avec un album qui se classe dans le haut de leur discographie. Quant à leur actualité scénique, ils tournent en novembre avec les excellents musiciens suédois d’[g]Hällas[/g]. Ils seront à Villeurbanne, Nantes, Paris, Bègles et Strasbourg pour ce qui est de l’Hexagone. 


 

Commentaires
Francois, le 02/04/2020 à 10:09
Je dirai l'inverse, le premier album est franchement monolithique ... Leur meilleur album selon moi (plus mélodique, plus varié), mais le débat est ouvert ...
Ben-J, le 31/03/2020 à 19:00
Le premier disque en moins bien . A force de tourner en rond ils vont finir par disparaître des radars.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Kadavar


Abra Kadavar


Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également