↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Josefus


Josefus


(00/11/1970 - Hookah Records - Heavy/blues/psyché - Genre : Rock)
Produit par

1- Bald Peach / 2- B.S. Creek / 3- America / 4- I'm Gettin' On / 5- Sefus Blues / 6- Jimmy, Jimmy / 7- Feelin' Good / 8- Condition / 9- I Saw a Killin' / 10- Such Is Life
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un second album moins inventif, qui comporte quelques bons titres heavy. "
François, le 27/04/2020
( mots)

Josefus ne perd pas de temps : dans foulée de son premier et très bon album Dead Man, à peine six mois plus tard, il entre en studio pour un deuxième volet. Un petit peu de succès dans son Etat, le Texas, a motivé les troupes, mais il faut dire que certains morceaux étaient déjà dans le set du groupe depuis 1969 ; les démos de Get Off my Case en témoignent. C’est le cas de "Feelin’ Good", titre le plus long de l’album, qui a des côtés Allman Brothers, dans son introduction jazzy et sa guitare généreuse : après tout, Josefus est un groupe du Sud. 


Ceux qui ont aimé l’album précédent seront à nouveau séduits par ce deuxième opus. Toujours cette guitare bien saturée qui n’hésite pas à donner dans des soli relativement copieux, ces relents blues et psyché dont le bon "B.S. Creek" est une belle illustration : on retrouve tous les éléments de la recette du groupe, jusqu’à l’harmonica et les effets (nombreux) qui colorent chaleureusement leur musique. Cette touche heavy des débuts est également présente sur le très bon "I’m Gettin’ On", un des meilleurs titres du groupe selon nous, ou encore "I Saw a Killin’", une autre pépite qui devait être une tuerie en concert. "Bald Peach", de son côté, mêle bien les réminiscences psychédéliques avec les tentatives proto-hard : le morceau rappelle un autre groupe encore plus obscur, Bulbous Creation. 


Du reste, Josefus est moins aventureux sur ce deuxième opus ; c’en est fini des longs jams comme "Dead Man", et le son un lourd est moins présent. Les musiciens naviguent dans les eaux de l’Americana, avec "Jimmy, Jimmy" ou "America", qui rappelle un peu le King ("Suspicious Mind"), le country "Such Is Life". D’ailleurs, le petit blues sans prétention "Sefus Blues" est également dans le style de Presley. Inutile de signaler que sans être de mauvaises compositions, elles ne laisseront sûrement pas une trace indélébile dans vos mémoires mélomanes. L’originalité du groupe n’y est pas aussi sensible. 


Cet album est hélas suivi d’une séparation du groupe en 1971, après un dernier concert à Houston en décembre 1970. Josefus a marqué une première tentative de transition entre les 1960’s marquées par le blues-rock et le psychédélisme, et un hard-rock plus corrosif des 1970’s. Par ailleurs, il a connu plusieurs reformations qui donnèrent lieu à de nouvelles productions studio : Son of Dead Man (1990) et State of the Union (2006). 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Josefus


Dead Man


Album de la semaine
À lire également