↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Grand Magus


Wolf God


(19/04/2019 - Nuclear Blast - Heavy Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Gold And Glory / 2- Wolf God / 3- A Hall Clad In Gold / 4- Brother Of The Storm / 5- Dawn Of Fire / 6- Spear Thrower / 7- To Live And Die In Solitude / 8- Glory To The Brave / 9- He Sent Them All To Hel / 10- Untamed
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"La hache des Varègues est à nouveau plantée dans l’Yggdrasil du Metal"
François, le 16/05/2019
( mots)

Il y a des moments où les astres s’alignent, permettant à divers événements de survenir en même temps, se renforcer réciproquement pour apporter du relief à une situation donnée. Ainsi, alors que l’ultime saison de Game of Thrones déchaîne les passions sous fond d’heroïc-fantasy, Grand Magus sort son neuvième album sous le titre de Wolf God, qui dès l’introduction instrumentale épique, renvoyant aux sonorités médiévales (du moins telles qu’on les imagine, avec ici un violoncelle bien à propos …), nous amène à penser à la série à succès. 


Le Heavy aime bien les vikings, les guerriers, l’imagerie barbare, et le groupe suédois s’amuse avec depuis maintenant quelques années. Pour ceux qui ne connaissent pas les comparses, Grand Magus louvoie entre Metal épique à l’américaine, Heavy classique et Doom, son écurie d’origine (ce qui se discute, mais ce n’est pas le lieu) depuis le milieu des années 1990, offrant une musique puissante, authentique, et très lourde. Le son du Ragna-rock, en définitive. Le dernier opus ne va pas remettre en cause cette orientation. 


Voulant donner à Wolf God une dimension plus organique, l’enregistrement a été fait en jams sessions / live et non instrument par instrument. C’est en outre la méthode utilisée par Satan dans leur dernier – et excellent - Cruel Magic (2018), pour mettre en avant une production n’ayant pas été chroniquée ici ais qui vaut largement l’attention des amateurs.  


Cela donne une certaine profondeur à l’album. L’aspect doomesque (en fait une lourdeur dans le son, tout au plus) s’en retrouve renforcé : cela se ressent dès "Wolf God", le premier titre. On retrouve ce Heavy massif avec la belle voix grave et puissante de JB, des riffs gras et lourds, une batterie trépidante comme un rouleau compresseur, sur toute la première partie de l’album. Le trio est encore au sommet de sa puissance. 


Cette façon d’enregistrer est la seule originalité de cet album puisque que Grand Magus ne sort pas des sentiers battus, si ce n’est par l’accentuation de la lourdeur qui réduit un peu la dimension Manowar présente sur les précédentes productions (Sword Songs). Néanmoins, le combo nous offre son lot de titres mémorables et épiques, hymnes scandinaves tels "Brother of the Storm" ou "To Live and Die in Solitude". La qualité est bien là, la capacité à allier épique et riffs lourds, combinaison peu évidente de prime abord, étonne toujours avec bonheur. 


Le tout est saupoudré de chorus envoûtants et hurlants ("A Hall Clad in Gold", "Glory to the Brave") qui sont au rendez-vous. Pas de démonstration de virtuosité, mais un feeling du feu de Dieu (Thor ? Loki ?).


"Dawn of Fire", plus calme, avec ses guitares affûtées, son refrain entraînant, offre une parfaite transition avec une seconde partie un peu différente. 


En effet, celle-ci est un peu plus incisive, et selon nous plus réussie, bien que cela soit relatif à un album de très bon aloi. On a été transporté par les excellents "Glory to the Brave" (qui garde des aspects doom) où paroles et musiques sont parfaitement agencées, "He Sent Them All to Hell" et "Untamed" ("Eat Me Alive" en intro ?) sous les auspices de Judas Priest, "To Live and Die In Solitude" épique à souhait. C’est une deuxième partie plus incisive et speed ("Spear thrower"), plus épique aussi peut-être, rendant l’écoute de l’album très facile sur la longueur. On ne s'en lasse pas, on chante les paroles dès la première écoute, et on en redemande, encore et encore. 


Avec Wolf God, la hache des Varègues est à nouveau plantée dans l’Yggdrasil du Metal, et pour reprendre le refrain de l’excellent titre conclusif ("Untamed") : "From the North, Now Hear us Roar".

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Grand Magus


Iron Will


Album de la semaine
À lire également