↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Director


I'll Wait For Sound


(29/09/2009 - Rykodisc - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Play Pretend / 2- Don't Think I'll Know / 3- Sing It Without A Tune / 4- Laser Point / 5- I'll Wait For Sound / 6- Moment To Moment / 7- You See / 8- Hold Up Now / 9- At What Point / 10- Can't Go Home
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Vous n'aimez pas U2 ? Voilà qui va vous réconcilier avec le pop-rock irlandais."
Elise, le 09/10/2009
( mots)

La relation entre un auditeur et un groupe peut parfois être assez similaire avec celle d'un parent envers son gamin tout mignon. C'est le tréfond de la non-objectivité, le point de vue dévié par l'attachement, le lien affectif. Pour un parent, son bébé est vraiment trop mignon, c'est le plus beau, le plus réussi de la terre, le plus génial. Aussi, pour pouvoir utiliser cette métaphore à bon escient, choisissons un autre point de vue, celui de la meilleure amie de la maman tiens. Dans cette histoire, le bébé s'appelle i'll Wait For Sound, deuxième album qui marque l'arrivée sur l'hexagone de Director, groupe irlandais âgé de quatre ans.

A la sortie de We Thrive On Big Cities, Director avait deux ans. C'était un jeune groupe dont les premières compositions étaient encore parfois maladroites. Il marchait mais se cognait parfois aux portes, pouvait courir mais trébuchait sur un caillou au milieu du chemin. Premier essai mitigé, l'album avait le mérite d'une belle réalisation et d'une tenue musicale irréprochable. Bref, il était vraiment mignon ce gosse, de quoi devenir un beau petit garçon.

Deux ans plus tard, le potentiel se confirme. La petite chose trébuchante a pris de l'assurance, sait se tenir droit, et parle dans un langage très compréhensible. Petit machin (oui, la meilleure amie a le droit de donner des noms comme ça aux gosses) est devenu grand, et ça fait plaisir à voir. Ainsi, I'll Wait for Sound récèle une vraie prise de statut. Fort de son expérience en tournée et de l'accueil du premier opus, Director livre aujourd'hui des compositions plus évoluées, au son plus lourd, où le chanteur Michael Moloney s'impose comme un vrai artiste à suivre. Les quatre garçons se sont enfermés pendant plusieurs semaines dans une maison pour composer cet album. Ensemble, ils ont créé les trames musicales qui portent les textes de Michael. Textes emprunt de délicatesse et de poésie, à la fois percutant et vaporeux, s'insinuant pour mieux envoûter. 

Malgré tout, à quatre ans, les gamins ne sont pas parfaits. Déjà, ils ont tendance à être un peu énervants, à imiter leurs parents et à répéter tous les gros mots que la meilleure pote a eu la malchance de laisser échapper. Malgré leur bouille adorable, leur apprentissage rapide et leur prouesse dans l'escalade des chaises, il y a encore du boulot avant l'âge de raison. Alors forcément, I'll Wait for Sound reste inégal. Le très bon single "Sing It Without A Tune" et son riff de guitare accrocheur séduit dès les premières notes, et développe sur la longueur une profondeur dans les basses et un refrain imparable. On remarque alors la particularité de Director, cette capacité à construire des morceaux sur la durée, d'ajouter des éléments ou de les retirer, renforçant l'impact à chaque refrain.

La technique est particulièrement efficace et bien appliquée sur "I'll Wait For Sound' et "At What Point", les deux morceaux ryhmés qui se détachent dès la première écoute. De même, "Laser Point" et "Hold Up Now" montre une maîtrise du tempo parfaite et une vraie cohérence entre les différents instruments. Sans jamais trop insister sur l'un ou sur l'autre, les arrangements permettent d'apprécier des morceaux très bien équilibrés, comme sur le superbe "Can't go home", balade de fin toute en intensité contenue.

Le revers de la médaille est que cette construction peut créer des inégalités et des pertes de rythmes dans les morceaux. Ainsi, "Don't Think I kKow" est pénalisé par une introduction bancale, qui peut ôter l'envie d'écouter le titre en entier, alors qu'il s'améliore grandement par la suite. De même, "Play Pretend" avec son refrain un peu mou, ne fait pas la meilleure ouverture pour l'album. Les erreurs de jeunesse viennent du titre pop sans grand intérêt "Moment To Moment", et des maladresses vocales dans le pourtant déduisant "You See". 

Alors voilà, paraît que les gamins, c'est trop mignon. Et c'est vrai, I'll Wait For Sound est un beau bébé. Sans être parfait et encore emprunt d'une certaine gaucherie, il démontre malgré tout le grand potentiel des quatre garçons de Director. Des petits mecs assez propres sur eux, des amis d'enfances qui font de la musique par passion, et ne jouent pas les bad guys. Leur rock est propret, un peu comme un enfant sage. Avec les lunettes mais la mèche rebelle.

Si vous aimez I'll Wait For Sound, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également