↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Animal Jazz


Happiness


(10/04/2018 - Animal Jazz - Rock Russe - Genre : Pop Rock)
Produit par Animal Jazz

1- Not Your Death / 2- Peter / 3- Scam / 4- Fear / 5- Magic Ship / 6- Sound And Silence / 7- Kilometer / 8- One But / 9- Neva / 10- For You / 11- Hapiness / 12- Love To Fly
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Ecoutez un groupe russe, la curiosité est un divin défaut!"
Guillaume, le 07/03/2019
( mots)

Nul doute que les gars d’Animal Jazz eurent été britanniques ou américains qu’ils auraient déjà fait le tour du monde, mais la providence les a fait Russes. Or dans notre contexte culturel mondial standardisé si tu fais du rock et que tu ne chantes pas en Anglais tu ne voyages pas. Seuls Rammstein ou Sigur Ros se sont taillés une renommée internationale, les autres sont cantonnés aux petits circuits de niche et sortent rarement de leur sphère linguistique.


Pourtant le quintet de St Petersbourg est une des formations les plus populaires de Russie depuis une bonne quinzaine d’années, rien que ça, et le monde devrait leur tendre les bras. 


Ne vous laissez pas abuser par le nom, la référence au jazz va plutôt chercher du côté du chaos qui est à l’origine du mot. De fait le groupe pratique un rock caractérisé par un usage des guitares très nuancé, une basse ronde et l’ajout de sons synthétiques à doses parcimonieuses. Et surtout une voix, celle d’Alexander Krasovitsky, chanteur expressif, technique, qui permet de saisir la subtilité et les nuances sonores de la langue russe même à l’auditeur qui ne la comprendrait pas.


 Ouvrons une parenthèse rapide pour préciser que pour ne pas ensevelir le lecteur sous des tonnes de mots écrits en cyrillique, nous allons traduire les titres. Et pour faciliter vos navigations futures nous allons même traduire en Anglais, vu que les moteurs de recherche pratiquent plus volontiers la langue de Shakespeare.


Happiness (2019 - Animal Jazz) est donc leur 9ème album studio, 12 chansons précédées d’une courte Intro pour environ 3/4 d’heure. Une pochette jouant la contradiction avec le titre qui nous fait comprendre que tout ne sera pas rose là dedans, loin s’en faut. Le disque précédent, Spring Keeper  (2015 - Bootlegger Production) marquait leur incursion la plus nette dans le rock à grosses guitares avec quelques titres très rugueux, ici on revient à quelque chose de plus apaisé, de plus habituel dirons nous. Deux morceaux par ailleurs très réussis, "One But" et son suivant "Neva" font office de climax efficace mais un peu tardif dans cet album principalement constitué de morceaux pop rock mid tempo et de ballades.


La maître mot ici semble le calme retrouvé avec des orchestrations plus axées sur le lien entre basse et guitares palm-mutées, et plus de place à la voix.


Au premier rang des réussites, "Love To Fly" réunit toutes les facettes musicales du disque, elle se situe donc à sa place logique en clôture de l’album, comme un résumé de toutes les bonnes choses exposées précédemment. 


Le dyptique "Magic Ship" et "Sound And Silence" forment le coeur mélancolique avec des refrains plaintifs qui laissent la part belle aux longues notes vocales, véritable signature du groupe.


Les titres restant font le boulot, une recette bien appliquée avec des rythmiques saccadées en croches dans les couplets et des refrains libérateurs avec accords et notes tenus dans lesquels les musiciens trouvent manifestement leur forme d’expression la plus aboutie.


Trois chansons sortent du modèle, "Fear" qui nous surprend par l’utilisation de mesures asymétriques - fait très inhabituel chez Animal Jazz - puis "Kilometers", une ballade piano voix terriblement expressive et poétique, enfin "To You" jouée sur une rythmique ternaire, exercice dans lequel les gars se révèlent plutôt à leur aise.


Au final ce 9ème album confirme qu’après 15 années Animal Jazz reste une valeur sûre du rock en Russie, des musiciens doués, des compositions intelligentes, une plume poétique qui ne fait jamais la confusion entre mélancolie et désespoir à l’image de "Not Your Death". 


Bref, une porte d’entrée idéale et très éloignée des stéréotypes nombreux sur la musique russe et sur les Russes en général, Happiness est moderne, subtil et diablement séduisant à l’écoute.


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également