↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ange


Fou


(00/00/1984 - Tréma - Rock Progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Les yeux d'un fou / 2- Là pour personne / 3- Piège à coeur / 4- Harmonie / 5- (Hé !) Cobaye / 6- Les Fous demandent un Roi / 7- Guignols / 8- Guignols (la chasse) / 9- Fou / 10- Crever d'amour (Prélude) / 11- Crever d'amour
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Entre rock franc et synth pop FM, Ange trouve un rythme de croisière..."
Jules, le 20/09/2021
( mots)

On commence à s'y habituer à ce son polissé et FMisé que nous livre Ange depuis 1981 et Moteur !. si bien qu'il n'est plus pertinent de se plaindre de ne plus entendre de longues pièces instrumentales et envoutantes comme ce fut le cas au cours des années 1970. Ange a changé, et c'est comme ça, il faut s'y faire. 


Fou ! est le onzième opus du groupe franc-comtois et leur nouvel album-concept construit autour, vous l'aurez facilement deviné, de la folie sous toutes ses coutures, que l'on parle de folie mentale, folie d'amour ou autres... Globalement, cet album est assez lisse. Il ne se dégage de lui que peu de moments grandioses et mémorables à l'exception de trois ou quatre plages sur tout l'ensemble. Les autres n'en sont pas pour autant mauvaises, ni géniales, c'est bien là l'interrogation qui subsiste à l'écoute de cet album pour l'auditeur. La neutralité l'emporte sur l'admiration ou le dégoût.


Cela s'explique peut-être par le fait que cet album est une sorte de synthèse du rock franc souhaité par le groupe depuis Vu D'Un Chien et du côté synth-pop FM développé depuis Moteur !. L'ensemble passe plutôt bien à vrai dire, car les musiciens sont très bons et les compositions pertinentes pour la plupart. Mais c'est plat. Cet aspect de synthèse est flagrant sur "Piège à coeur" par exemple : on est sur un rock bien léché mais accompagné de batterie électronique et entouré de refrains racoleurs que n'auraient pas renié les programmateurs de Chérie FM.


On retrouve aussi la volonté du groupe de faire danser les foules en dancing club (on disait comme ça à l'époque non ?) en proposant des notes de basses claquées sur un rythme à la New Order ou The Cure ("Hé Cobaye"). On a même droit à un instrumental où tout se côtoie : les synthés typés eighties, les guitares un peu post-punk et les bruitages loufoques ("Guignols (La Chasse)"). Aaaah, on a quand même droit à un petit solo de guitare. Au temps pour moi.


Les bruitages loufoques, au même titre que le saxophone d'ailleurs, sont un peu le mal de l'époque. La technologie progresse et les artistes, grimés en Docteur Frankeinstein, se prêtent à des expérimentations au risque de transformer leur oeuvre en monstre incontrôlable. Bien heureusement, nous n'en sommes pas là sur cet album. Néanmoins, on déplore l'utilisation de la voix informatisée sur "Les Fous demandent Un Roi" car elle vient ternir l'ambiance très prog-médiévale du morceau, très réussie, avec un refrain très entêtant et bien rodé. La guitare solo aérienne de Serge Cuénot sur la fin du morceau nous transporte dans l'univers.


Ange nous donne aussi droit à un slow, ou plutôt deux, nous sommes "gâtés" ("Crever D'amour (Prélude)", "Guignols"). Rien de spécial à dire sur ces plages. Les musiciens font leur boulot, les paroles sont bien écrites. Voilà. C'est juste un peu trop typé eighties par moments.


Par contre, il y a quand même de belles choses à retenir sur cet album qui est finalement assez bon. D'abord, "Les Yeux d'un Fou", qui est devenu un classique en concert et constitue une intro parfaite à cet album singulier. Autre classique du groupe, le morceau-titre qui parvient à nous déstabiliser : on se retrouve dans une ambiance film d'horreur un peu cheap grâce aux synthés de Francis Décamps et la basse de Laurent Sigrist, avec des paroles axées sur la folie chantées (ou plutôt parlées) avec l'intonation convenant parfaitement au cadre. Et ce final d'orgue bizarre typé famille Addams de nous surprendre encore plus...


Et puis, et puis, et puis il y a "Crever D'amour (Coït Terminal)". Le Christian Décamps coquin est toujours là. C'est aussi un morceau très fort, très typique des anges. Comment finir un album en apothéose ? Faites crier les guitares, saupoudrez de synthés et habillez le tout de cris orgasmiques féminins. Le pire c'est que ça fonctionne. On lui passe tout à ce Christian. Enfin, pour la curiosité, le début de ce titre nous rappelle un peu "Changes" de Yes sur 90125, sorti deux ans auparavant ; le prog reste un peu présent finalement !


Voilà tout !  Fou ! fait partie de la discographie du groupe, il est là. Il n'est pas excellent, il n'est pas mauvais. Ange se stabilise juste, sans faire sortir de grandes émotions comme jadis, mais c'est bien exécuté, bien construit et c'est déjà un mérite.  

Commentaires
Seahawks87, le 04/09/2017 à 17:06
Album culte qui a marqué ma jeunesse et que je reecoute encore aujourd hui avec passion
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Ange


La voiture à eau


Critique d'album

Ange


Les larmes du Dalaï Lama


Critique d'album

Ange


Seve qui peut


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également