↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Against Me!


New Wave


(10/06/2008 - Fargo Records - Punk-rock - Genre : Ska / Punk)
Produit par

1- New Wave / 2- Up The Cuts / 3- Trash Unreal / 4- White People For Peace / 5- Stop! / 6- Borne On The FM Waves Of The Heart / 7- Piss And Vinegar / 8- Americans Abroad / 9- Animal / 10- The Ocean / 11- Gypsy Panther* / 12- So Much More* / 13- Full Sesh* / 14- Rock And Rollers* / 15- You Must Be Willing*
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un impérial brûlot qui redonne sens et vigueur au punk rock."
Maxime, le 13/03/2009
( mots)

Question con à la Rock & Folk : euh, c’est quoi être punk en 2009 ? On aura bien du mal à répondre, tant le terme s’est vidé de sa substance originelle. Des Sex Pistols à Television, des Clash à Black Flag, de The Exploited à Blink 182, on aurait aujourd’hui toutes les peines du monde à résumer ce genre éclaté et contradictoire aux basiques trois accords balancés à toute vitesse sur des slogans enragés. Et puis arrive ce New Wave, qui ne fait pas table rase de ce tumultueux passé, n’invente pas de nouvelles postures, ne sublime pas le mouvement. Il fait en réalité mieux : il lui réinvente une conscience.

Quartet à la musique aussi noire que le soleil tape dur dans leur Floride originaire, Against Me! avait affolé l’underground américain le temps de trois disques (le premier répondant au nom savoureux de Reinventing Axl Rose) avant de prendre son envol avec cet opus sur la major Warner par le biais du label Sire (qui avait accueilli en son temps les premiers albums des Ramones) qui provoqua un barnum bien mérité : album de l’année pour le magazine Spin, dithyrambes de Bruce Springsteen, tournées sold out en première partie de Foo Fighters… En France, les distributeurs préférèrent faire la sourde oreille avant que Fargo ne rattrape le coup en rééditant le disque un an après sa sortie outre-atlantique, lesté au passage de 5 titres bonus.

Un temps de latence pour le public hexagonal qui n’altère pourtant en rien l’impact balistique de ce brûlot, dont la pochette évoquant le logo des célèbres pétards XXL Bison présage idéalement du choc tellurique qu’il risque de provoquer sur un punk qui avait depuis longtemps perdu sa faconde. Balayant tout culte de la rapidité analphabète et de la rengaine démagogique, Against Me! forge un modèle d’équilibre entre hymnes virulents ("Americans Abroad", "Piss And Vinegar") et soudaines embuscades mélodiques tremblant sous la caillasse électrique ("Trash Unreal", "Borne Of The FM Waves Of The Heart"). Avec une capacité sidérante à expédier sans bavasser un propos d’une rare efficacité couplée à un songwriting tendu, compact, musculeux, le combo confère au binaire contestataire un regain d’énergie inespéré. Parfaitement carénées par la voix hargneuse de Tom Gabel et la production de Butch Vig, qui connaît son affaire dans le genre mariage du graillon et du sucre glace (le Nevermind de Nirvana), les ogives de New Wave alignent les scansions héroïques du plus bel effet. Le robuste "New Wave" inaugural, l’enragé "Up The Cuts", l’irascible "White People For Peace" sont des cantiques molotov à brandir sur les barricades, face à la barbarie de l’atavisme et le totalitarisme de l’ignorance, et qui se font le porte voix de cette Amérique qui ne s’est pas reconnue dans George W Bush, qui a désavoué la guerre en Irak, qui brocarde les dérives injustes du capitalisme sur lequel elle s’est bâtie. Cette autre Amérique que les anti-américanistes primaires comme on en trouve au mètre cube ici refusent d’écouter, et qui s’incarne ici dans cette rage primale.

Pour cette nouvelle jeunesse fatiguée qui s’est élancée dans les bras d’Obama comme on recherche un second souffle pour ne pas mourir, Against Me! a préparé quelques formules qui claquent. "Stop, take some time to think" ("Stop !"), voilà ce qu’on devrait immédiatement faire imprimer sur les t-shirt, voilà ce que le punk devrait toujours avoir à dire, voilà ce qu’il devra marteler dans les dix prochaines années. Enfin, écouter du punk ne se résume plus à se tirer la nouille devant un poster du Che ou à partager un pack de Heineken tiède dans un squat avec deux épaves à crêtes et un chien pouilleux ! Against Me! redonne ses lettres de noblesse au genre et montre ce qu’il doit devenir en plein chaos financier : plus fort, plus mûr, plus inflexible.

Si vous aimez New Wave, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également