↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Riverside de retour


Nicolas, le 20/08/2015

En voilà une nouvelle qu'elle est bonne. Alors que la planète progressive n'a d'yeux que pour Steven Wilson dont le Hand.Cannot.Erase semble avoir assommé la concurrence, voilà que les polonais de Riverside se rappellent à notre bon souvenir avec leur sixième album, Love, Fear and the Time Machine, dont la sortie est annoncé pour le 4 septembre. Une annonce particulièrement alléchante quand on pense à la qualité hors norme du précédent Shrine Of A New Generation Slave mais surtout du troisième Lunatic Soul (le projet solo de Mariusz Duda) qui était même encore meilleur. Plus que quelques jours à tenir ! Un petit trailer se trouve en bas pour patienter.

Tracklist :

1. Lost (Why Should I Be Frightened By a Hat?)
2. Under the Pillow
3. #‎Addicted?
4. Caterpillar and the Barbed Wire
5. Saturate Me
6. Afloat
7. Discard Your Fear
8. Towards the Blue Horizon
9. Time Travellers
10. Found (The Unexpected Flaw of Searching)

 

Love, Fear and the Time Machine - release date and tracklist


Source :
En savoir plus sur Riverside
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également