↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Les tubes de l'été d'Albumrock : Seasick Steve


François, le 06/08/2020

Tout au long de l'été, nous allons vous proposer plusieurs morceaux qui sentent bon les vacances, pas forcément récents d'ailleurs. Vous ne les entendrez pas à la radio, mais libre à vous de les intégrer à votre playlist à l'heure de prendre la route pour descendre jusqu'à la Méditerranée... ou vous rendre sur tout autre bord de mer ! Ou à la montagne, à la campagne, etc.

Retour en 2015 avec le déjanté Seasick Steve et le bien nommé (au regard de ce billet) "Summertime Boy". Le vieux bluesman propose ici un titre blues-rock aussi énergique que roots, où la guimbarde croise la guitare artisanale aux effets retro - et un peu crado. De quoi imaginer la Californie dans son jardin, à Los Angeles-sur-Loire ou San Francisco-les-Bains. A noter que l'artiste vient de sortir un nouvel album au mois de juillet, Love & Peace, dont on parlera bientôt dans nos colonnes. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert