↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Archive


Rock (Trip hop / progressif)

Membres :
Danny Griffiths (Clavier, Samples)
Darius Keller (Synthé, Piano, Basse)
Pollard Berrier (Chant, Guitare)
Dave Pen (Chant, Guitare)
Maria Q (Chant)
Holly Martin (Chant)
Steeve Harris (Guitare)

Sites :
Site officiel

Archive est un groupe de rock-électro-trip hop britannique formé à Londres en 1994 par Darius Keeler et Danny Griffiths. Au départ proche du trip hop, la musique d'Archive a beaucoup évolué et s'apparente maintenant plus au rock progressif. Les chanteurs d'Archive ont beaucoup changé : Roya Arab et le rappeur Rosko John officient sur le premier album, Suzanne Wooder tient ce poste sur le second, et Craig Walker lui succède sur les 4 disques suivants (dont un unplugged et la BO du film Michel Vaillant). En 2006 ce sont David Penney, Pollard Berrier et Maria Q qui prennent le relai au chant pour Lights. 2009 est l'année du retour du collectif et du rappeur Rosco John sur Controlling Crowds, et Controlling Crowds Part IV, qui disparait sur les deux albums suivant, au profit de la petite nouvelle : Holly Martin.

Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également