↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Big Big Train


Rock (Rock progressif)

Membres :
Greg Spawton (Basse)
David Longdon (Chant, Flûte, Clavier, Guitare, Basse, Mandoline, Banjo, Glockenspiel, Theremin)
Nick D'Virgilio (Batterie, Chant, Guitare, Samples, Percussions)
Rikard Sjöblom (Clavier, Guitare)

Sites :
Site Officiel

Big Big Train est un groupe de rock progressif anglais formé en 1990 par Gregory Spawton et Andy Poole, seuls membres permanents depuis son origine. Après une existence quasi cantonnée aux studios et la réalisation de 5 albums jouissant d'une diffusion limitée, la formation prend véritablement son envol en 2009 avec l'incorporation du chanteur-flûtiste Dave Longdon qui devient co-songwriter, du guitariste Dave Gregory (ex XTC) et du batteur Nick D'Virgillio (Spock's Beard), enrôlant par la suite Rachel Hall, Danny Manners et Rikard Sjöblom (ex Beardfish). Après la sortie de Folklore, sa plus grande réussite à ce jour, le groupe s'est séparé progressivement du fondateur Andy Poole, parti en bons termes, mais également de Gregory, Manner et Hall, redevenant ainsi un quatuor. Big Big Train officie dans un rock progressif bucolique et démonstratif dans la droite filiation de Genesis.

Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également