↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Smile


A Light for Attracting Attention


(13/05/2022 - XL - Rock alternatif - Genre : Rock)
Produit par Nigel Godrich

1- The Same / 2- The Opposite / 3- You Will Never Work in Television Again / 4- Pana-Vision / 5- The Smoke / 6- Speech Bubbles / 7- Thin Thing / 8- Open the Floodgates / 9- Free in the Knowledge / 10- A Hairdryer / 11- Waving a White Flag / 12- We Don't Know What Tomorrow Brings / 13- Skrting on the Surface
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (11 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Le side project de Thom Yorke et Jonny Greenwood ravive la flamme à travers un savoureux patchwork musical"
Franck, le 27/07/2022
( mots)

C’était en mai 2021, Thom Yorke et Jonny Greenwood inauguraient leur nouveau side project lors d’un concert surprise diffusé en streaming pour le festival Glastonbury. Nous découvrions alors quelques titres inédits plutôt convaincants, écrits, composés et interprétés par deux des grands artisans de Radiohead. L’annonce d’un album en gestation ne fit qu’augmenter la hype autour de cette inattendue réunion : quand la presse spécialisée spéculait sur un possible retour aux sources, les aficionados trépignaient d’impatience à l’idée d’un successeur illégitime à A Moon Shaped Pool (2016). Le projet présenté sous le nom de The Smile se glissa instantanément parmi les plus grosses attentes de l’année. Bien qu’alléchante, cette annonce avait de quoi laisser dubitatif tant le dernier essai du genre mené par Thom Yorke - à savoir Atoms For Peace - avait fait office de véritable pétard mouillé avec son electro apathique (qui se distinguait davantage pour l’ennui mortel qu’il générait que par ses fulgurances). Rassurez-vous, le résultat est tout autre cette fois-ci ; D’autant plus que A Light for Attracting Attention vous réserve son lot de surprises !


Revenons au commencement. The Smile fait partie de ces nombreux projets initiés durant la pandémie de Covid 19. En période de confinements, Greenwood et Yorke ont eu l’occasion de se retrouver pour composer et terminer certains morceaux. On imagine aisément que ces deux boulimiques de musique ne se sont pas limités à pousser la chansonnette, et que ces réunions occasionnelles se sont montrées bien plus fructueuses que prévu. Pris dans l’engrenage créatif, les deux hommes finissent par recruter Tom Skinner, un brillant batteur de jazz évoluant au sein du groupe Sons of Kemet. Fidèle au poste, Nigel Godrich - qu’on ne présente plus - rejoint également l’aventure en tant que producteur.


Il est évident que ce projet ne pourra jamais se détacher des affiliations avec son ainé à la tête de radio. Il sera alors préférable de voir The Smile comme un assemblage de choses plus ou moins interconnectées à l’univers Radioheadien. Comprenez par-là que les amateurs du mythique groupe anglais y trouveront leur compte sans être dépaysé, mais que ce nouveau concept laisse suffisamment de latitude à son trio pour emprunter des sentiers parallèles. Plusieurs morceaux tels que "The Same" se placeront ainsi dans la continuité des réalisations solos de Thom Yorke. Mais là où l’artiste anglais s’était parfois enfermé dans des compositions aux mélodies hermétiques, The Smile parvient instantanément à nous happer avec sa subtilité et son élégance. Certains titres s’avèrent même totalement captivants, à l’image d’un "The Smoke" qui malgré le côté itératif de sa structure gagne en profondeur au fur et à mesure de sa progression.


On constate aussi avec plaisir que le chanteur britannique s’est libéré vocalement. Sa prestation, beaucoup plus variée et nuancée qu’à l’accoutumée, évite l’usage systématique du chant aigu et plaintif qui pouvait parfois irriter certains détracteurs. Une rédemption vocale qui s’associe à un souhait de s’affranchir de tout cahier des charges : A Light for Attracting Attention est en effet un album qui navigue d’un style à un autre au gré des envies, rendant l’album relativement hétérogène (tout comme le fut en son temps un certain Hail to the Thief). Cela n’est en aucun cas un problème à l’écoute et confère au contraire un aspect un peu plus léger et récréatif à l’ensemble. On alternera ainsi entre des titres très rock ("You Will Never Work in Television Again"), d’autres plus électroniques ("Waving A White Flag"), mais aussi de magnifiques ballades aussi touchantes que délicates ("Free in the Knowledge"). Autant dire que le terrain de jeu devient idéal pour Jonny Greenwood ! Toujours aussi polyvalent et inspiré, le talentueux musicien jongle d’un instrument à l’autre (guitare, basse, piano et même harpe) tout en ponctuant l’album de ses différentes trouvailles sonores. Tom Skinner contribue également à cette richesse instrumentale et s’adapte parfaitement aux différents registres imposés par ses confrères. Le batteur de jazz imprègne les différents morceaux de sa patte, avec un jeu de percussion varié et précis. On profitera ainsi du groove de « The Opposite » avec ses rythmiques afro-beat, ou encore du plus jazzy "Pana-Vision" qui ne dépareillerait pas sur un album comme Amnesiac


A Light for Attracting Attention brille surtout par la qualité de ses mélodies les plus épurées. Certaines de ces compositions ne sont d’ailleurs pas inédites. "Open the Floodgates" (connu originellement sous le nom de "Porous") et "Skrting on the Surface" sont en effet des titres qui trottent dans la tête de Thom Yorke depuis de nombreuses années et qui furent interprétés une première fois lors de la tournée Atoms For Peace en 2009. Si la démarche peut sembler opportuniste, il faut savoir que l’œuvre de Radiohead regorge de compositions encore en gestation, attendant patiemment de trouver leur forme optimale (certaines théories expliquent même que les prémisses de "Skrting on the Surface" remonteraient à l’époque de OK Computer !). Les fans seront donc ravis de (re)découvrir ces deux bijoux de mélancolies à travers The Smile. 


Vous l’aurez compris, l’ombre de Radiohead plane sur ce premier disque de The Smile. Mais doit-on s’en priver pour autant ? La réponse est évidemment non. A Light for Attracting Attention est en effet une très belle surprise qui comblera à coup sûr les fans du quintette d’Oxford et qui sera peut-être même en mesure d’étendre son emprise sur de nouveaux auditeurs ! Il s’agit avant tout d’un savoureux patchwork d’influences qui exploite tout le potentiel créatif et technique de son trio, et qui compense son côté hétéroclite et son absence de tube par une qualité de composition de chaque instant. Même si The Smile risque très probablement de se limiter à un projet éphémère, il serait bien dommage de ne pas en profiter à sa juste valeur...


 


A écouter : "Pana-Vision", "Thin Thing", "Open the Floodgates", "Free in the Knowledge"

Si vous aimez A Light for Attracting Attention, vous aimerez ...
Commentaires
Alexx, le 26/08/2022 à 11:07
Beaucoup de respect pour ces artistes qui auraient pu publier l'album sous Radiohead pour vendre des disques par camions et remplir des salles 10 fois plus grandes...
Guillaume, le 30/07/2022 à 21:28
@Franck_AR, merci pour la réponse c'est appréciable ! Je comprend tout à fait le point de vue du caractère hétéroclite de l'album. Effectivement c'est loin d'être aussi cohérent et structuré qu'un Radiohead, et cet album, c'est vrai, est presque comme une sorte de compilation ou de mixtape de ce que peut faire cette formation, mais je crois que c'est aussi cette liberté qui me plait beaucoup.
Franck_AR, le 29/07/2022 à 19:38
@jojo, @Guillaume : tout d'abord merci d'avoir pris le temps de lire cet article. L'hétérogénéité n'est pas forcément un défaut, mais plutôt un ressenti quant à la cohérence d'une oeuvre musicale. Pour ma part, je dois avouer apprécier quand un disque affiche une certaine unité (tout en restant varié) avec un travail sur la progression et les transitions, afin d'éviter l'effet "compilation". Dans le cas de The Smile, cela ne m'a pas particulièrement dérangé. On sent que le trio s'est fait plaisir et que c'était le but premier de ce projet. Il est néanmoins important - selon moi - de pointer du doigt ce côté hétéroclite. On navigue tout de même entre du "Pablo Honey" et du "King of Limbs" en terme de style... soit un sacré grand écart ! Pour ce qui est de la notation, "A Light for Attracting Attention" est indéniablement un très bon disque (ce qui correspond à la note affichée et aux barèmes d'Albumrock). Néanmoins, il ne m'a absolument pas procuré de coup de coeur comme ce fut le cas pour "A Moon Shaped Pool" ou encore "The Eraser". On verra comment évolue l'album dans le temps. Je serai peut-être amené à revoir la notation (l'avantage d'un webzine !). Bien sûr, tout cela reste subjectif, et suis convaincu que ceux qui apprécient un tant soit peu l'oeuvre de Thom Yorke et/ou Radiohead n'auront pas attendu mon avis pour se ruer sur l'album. Concernant un possible 2ème album de The Smile : si j'ai appris une chose concernant Radiohead (et plus particulièrement Yorke), c'est qu'il ne faut jamais tirer de plan sur la comète, et que nous ne sommes pas au bout de nos surprises (qu'elles soient positives ou négatives). ;) Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture sur Albumrock !
Guillaume, le 27/07/2022 à 18:23
J'ai du mal à comprendre le rapport entre la critique plutôt élogieuse et la note. Gros coup de cœur pour moi. Tout fonctionne très bien, l'harmonie entre les trois est magnifique et sans se détacher complètement de Radiohead (ce qui est logique), ce projet permet à Yorke et Greenwood de se lâcher et d'aller vers des sonorités différentes de Radiohead. Compte tenu des nouveautés jouées en concert, il est quand même assez probable qu'il y ait au moins un autre album.
jojo, le 27/07/2022 à 11:20
J'ai vraiment du mal à comprendre en quoi le côté hétéroclite d'un album et l'absence de tubes sont à considérer comme des défauts, mais bon :o)