↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Strawbs


Grave New World


(00/02/1972 - A&M - Rock progressif/Folk - Genre : Rock)
Produit par

1- Benedictus / 2- Hey Little Man... Thursday's Child / 3- Queen Of Dreams / 4- Heavy Disguise / 5- Is It Today, Lord? / 6- Hey Little Man... Wednesday's Child / 7- The Flower And The Young Man / 8- Tomorrow / 9- On Growing Older / 10- Ah Me, Ah My / 11- New World / 12- The Journey's End
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Fraises progressives"
François, le 23/04/2022
( mots)

Comme de nombreux groupes britanniques de folk de la période, si ce n’est un peu plus en ce qui les concerne, Strawbs a côtoyé les rivages du rock progressif quand le style connaissait son âge d’or. On aurait pu se dire que la présence de Rick Wakeman avait eu une influence sur ce penchant esthétique, après tout le claviériste est devenu un parangon d’organiste progressif au sein de Yes, mais on aurait bien tort : Grave New World, l’opus le plus progressif du combo, est réalisé après son départ. Il s’ouvre d’ailleurs sur "Benedictus", messe pompeusement religieuse célébrant les nouvelles aventures de Wakeman. Le mellotron est roi et le groupe se permet même de brancher un dulcimer, preuve du tropisme progressif qui entoure l’album.


Strawbs ne souhaitant pas faire les choses à moitié, il adopte l’armature progressive du concept-album (l’histoire d’un homme, étape par étape, qui est également le récit de la condition humaine), et accumule les références du champ intellectuel (un tableau de William Blake en couverture, et un jeu de mots autour du roman d’Aldous Huxley – deux très convenues pour la scène rock).


Musicalement, le tournant progressif est clairement pris. "Queen of Dreams" propulse le psychédélisme dans des sphères très expérimentales avec un faux sitar sûrement simulé par une guitare ou un dulcimer en reverse tape, ainsi que des passages bruitistes. "It Is Today Lord ?", avec son véritable sitar, insiste davantage sur la touche hindoustani pour évoquer un voyage vers le nirvana. Du reste, c’est la forte présence des claviers analogiques qui engagent Grave New World dans les sentiers progressifs : le baroque "The Flower and the Young Man", le Heavy prog’ "Tomorrow" où les claviers (variés) sont associés à une forte présence de la guitare électrique (chose assez rare chez Strawbs donc agréablement surprenante). On évoquera également ce petit intermède cinématographique tout à fait inattendu qu’est "Ah Me Ah My" dans un style années 1920.


Le groupe ne perd en rien son identité folk, loin s’en faut puisqu’il multiplie les intermèdes en forme de petites pièces folks, très brèves, comme "Hey Little Man … Thursday’s Child" doucement arpégée, repris plus loin ("Hey Little Man … Wednesday’s Child"), "On Growing Older". Strawbs brille toujours sur ce registre, entre "Heavy Disguise", titre folk assez sautillant dans une veine Jethro Tull  et le très puissant "New World". Il s’agit là d’un des exemples présent sur l’album qui semble anticiper le Barclay James Harvest post-1975, tout se passant comme si Strawbs faisait ici le pont entre Moody Blues et BJH …


Plus progressif mais toujours folk, Strawbs signe ici l’un de ses plus grands succès au moment même où il se sépare d’un membre éminent, Tony Hooper. Un nouveau départ bien plus traumatisant que celui de Wakeman qui avait finalement prouvé que nul n’était irremplaçable. Même pour faire du rock progressif, même un roi en son domaine. 


A écouter : "Benedictus", "Heavy Disguise", "New World", "Tomorrow"

Commentaires
Francois, le 24/04/2022 à 11:46
Merci Daniel pour ce retour. Je suis assez d'accord avec toi, il me semble que le rock progressif des 1970's n'est que la forme exacerbée de toute une dynamique qui a traversé l'ensemble du rock à cette époque - emprunts à d'autres styles musicaux, virtuosité, remise en cause des normes ...
Daniel, le 23/04/2022 à 14:31
Les filiations et influences (Barclay James Harvest, Jethro Tull, Moody Blues, ...) sont finement documentées et observées. A regarder l'histoire, on devine dans chaque courant artistique (et ça vaut aussi pour le monde scientifique) qu'il existe, à certains moments-clés, des "idées qui flottent mystérieusement dans l'air" ; il est parfois difficile de savoir qui en est l'inventeur et qui en est le suiveur ou le recycleur. Le vieux débat entre les frères Wright et Clément Ader (ou entre Nicéphore Niépce et Daguerre)...
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Strawbs


Dragonfly


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également