↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Spiders


Killer Machine


(30/03/2018 - Universal - Hard Rock - Genre : Hard / Métal)
Produit par

Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Une toile tissée à la perfection pour qui aime le hard-rock raffiné (et Rasputin)"
François, le 14/07/2021
( mots)

Après un Shake Electric de très bonne facture, Spiders a pris le temps pour mettre au monde le troisième opus de sa discographie, quatre année pour être exact. Entre temps, le guitariste John Hoyles en a profité pour inaugurer sa carrière solo (Night Flight, 2017, avec les deux batteurs de Spiders, dont Harryson qui joue à mi-temps chez The Maharajas). En 2018, Killer Machine vient à point nommé pour mettre en avant l’excellente scène de Göteborg/Gothenbourg et rappeler à notre bon souvenir cette tête de pont du rock revival suédois. Plus encore, il vient couronner la première partie de carrière d’une formation ici à son sommet, sublimant sa recette déjà bien rôdée : un hard-rock ultra-énergique et mélodique, des racines profondes mais un ramage moderne, et bien sûr une chanteuse époustouflante (Ann-Sofie Hoyles). Bref, nous sommes bien en Suède, aucun doute là-dessus, mais le voyage en vaut la peine. 


Spiders avait prouvé sa capacité à proposer de vrais tubes ("Shake Electric"), mais il se transforme ici en véritable usine. Difficile de rester impassible après "Shock and Awe", une piste stonienne survoltée par une prise branchée sur Motörhead, entrée en matière qui ouvre la porte aux chefs-d’œuvre qui suivent. "Dead or Alive" d’abord, pour ses riffs et ses lignes mélodiques (le refrain est magistral) : Spiders se place ici dans un registre peut-être un peu plus proche de Blues Pills pour, à mon sens, les dépasser. Ensuite, le robuste "Burning for You" (rien à voir avec Blue Oyster Cult) constitue un excellent pallier pour un nouveau morceau de bravoure, "Killer Machine", qui navigue dans le même univers esthétique que Lucifer (au-delà du chant, le pont et le solo sont vraiment dans le même esprit). Inutile de tourner autour du pot, cette première partie d’album (tous ces titres se succèdent en ouverture) est tout simplement époustouflante, et suffit largement à faire de Killer Machine un pur délice. 


Néanmoins, même si la seconde moitié peut sembler un peu plus convenue, on aurait du mal à cracher sur la très belle ballade "Don’t Need You", sur l’efficace "Take What You Want" ou à l’harmonica enfin de retour pour enrober "Heartbreak". Plus que d’excellents faiseurs, il s’agit de musiciens ayant parfaitement assimilés leur style pour en développer l'esprit de façon personnelle. 


En effet, dans la scène revival foisonnante, on trouve de nombreuses formations remarquables mais on peut également être en mal d’originalité. C’est sans compter sur les audaces de Spiders, entre "Like a Wild Child" qui parvient à associer un refrain que n’aurait pas renié Katy Perry avec un riff saisissant et très accrocheur (sans parler du petit pont bien senti), et "Higher Spirits" qui revisite "Rasputin "de Boney M sans tergiverser (franchement, si vous aviez des doutes sur le parallèle, faites attention à la voix grave en introduction). Aussi déconcertant que cela puisse paraître, ces deux titres s’avèrent pourtant très vite addictifs, convaincants et jouissifs. 


Si vous ne savez pas comment on peut passer de très bon à exceptionnel, penchez-vous sur ce troisième opus de Spiders : une tuerie (nous n’oserons pas dire une "killer machine") et un groupe désormais essentiel de la scène hard-rock suédoise. 

Commentaires
FrancoisAR, le 19/07/2021 à 16:24
Je savais que cela pouvait t'intéresser Franck.
FranckAR, le 16/07/2021 à 11:51
Très sympa comme album, c'est accessible, dansant, efficace. Du hard rock avec une touche pop vraiment appréciable. Et effectivement ça m'a fait penser à Lucifer ;)
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Spiders


Shake Electric


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également