↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Les sorties de la semaine : 14 mai 2021


Mathieu, le 14/05/2021

St Vincent est de retour aujourd'hui avec son sixième album studio, Daddy's Home, faisant la part belle au funk et à la soul des années 70. Troisième album pour la violoniste d'Arcade Fire, Sarah Neufeld, qui nous propose de son côté Detritus.

Paul Weller revient quant à lui avec un seizième album solo : Fat Pop (Volume 1) et Damien Jurado avec son 17e : The Monster Who Hated Pennsylvania.

Le poète et auteur Johnny Flynn est également de retour avec ses Sussex Wit, une sixième production sous le bras : Lost in the Cedar Wood.

Côté métal, on citera le deuxième album studio de Myles Kennedy, connu notamment comme guitariste chez Alter Bridge et chanteur pour Slash, lors de ses envolées en solo.

On terminera avec Delta Kream, recueil de quelques grands standards du blues interprété par les Black Keys.

La rédaction vous souhaite un excellent week-end, et en musique bien sûr !

Commentaires
Julien, le 19/05/2021 à 18:23
Sortie du nouveau OURS (pas le projet du fils Souchon, mais le groupe américain de Jimmy Gnecco) le 15 mai ! Top !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également