↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Première écoute d'album

Foo Fighters


Medecine At Midnight


(05/02/2021 - RCA - Roswell - Rock alternatif - Genre : Rock)

1- Making A Fire / 2- Shame Shame / 3- Cloudspotter / 4- Waiting on a War / 5- Medecine at Midnight / 6- No Son of Mine / 7- Holding Poison / 8- Chasing Birds / 9- Love Dies Young /
Note de 3.5/5
Note de 3.5/5
Enfin un bon, un très bon album des Foos, et ça fait du bien. On sentait une petite remontée en puissance avec l'arrivée de Greg Kurstin aux manettes de Concrete and Gold, et Dave Grohl a eu raison de le réengager. Plus léger, plus dansant, tout aussi varié que son prédécesseur, Medecine At Midnight Convainc dès la première écoute et laisse présager de bons moments de power pop balancés qui n'auront pas à souffrir de la touche repeat all. A confirmer. Sans doute le meilleur Foo Fighters depuis Echoes, Silence, Patience & Grace, voire, soyons Foos, The Colour And The Shape, carrément.
Note de 3.5/5
Cet album étonnant et incisif ne se repose pas sur ses acquis ou quelque zone de confort du groupe. Au contraire, il décide de prendre son sac à dos (son backpack, à l'américaine) pour aller explorer les espaces frontaliers (eux qui sont aujourd'hui restreints en physique sont au moins permis en musique) à son genre. La bande à la grande Grohl va chercher du côté de ses amis les Queens Of The Stone Age ("Holding Poison"), des Kills ("Cloudspotter") ou des Talking Heads ("Medicine At Midnight"), pour des fois repasser par la maison ("Waiting On A War" qui a des airs de "Walk"). Le un kilomètre au-delà du domicile est certes dépassé et cela pourra décevoir certains. Cette balade au grand air permet cependant d'élargir l'identité des Foos à un spectre rafraîchissant qui manquait ces derniers temps à des musiciens qui ne désirent certainement pas devenir des vieux cons qui ressortent la même rengaine et la même recette à mémé tous les dimanches. Et c'est tout à leur honneur car c'est plutôt bien négocié.