↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique DVD

Pink Floyd - P.U.L.S.E.


Format son : Stéréo, Dolby Digital
Format image : DVD
Langue : Anglais, Français

Sorti le : 10 juillet 2006
Distribution : EMI / Sony Music Video

Setlist :

Disc One : "Shine On You Crazy Diamond" (Concert version), "Learning to Fly", "High Hopes", "Take It Back", "Coming Back to Life", "Sorrow", "Keep Talking", "Another Brick in the Wall (Part 2)", "One of These Days"

Disc Two : "Speak to Me", "Breathe", "On the Run", "Time", "The Great Gig in the Sky", "Money", "Us and Them", "Any Colour You Like", "Brain Damage", "Eclipse", "Wish You Were Here", "Comfortably Numb", "Run Like Hell"

"Le DVD live de Pink Floyd à posséder absolument... en attendant mieux"
Nicolas, le 30/01/2012
( mots)
La recherche d'une vidéo live de qualité concernant Pink Floyd tient lieu de quête du Saint Graal à laquelle tout floydophile compulsif s'est un jour heurtée. Hélas, trois fois hélas, les enregistrements vidéos mis officiellement à notre disposition à ce jour montrent tous un certain nombre de lacunes. La raison principale tient dans le fait que les quatre hommes n'ont guère proposé d'enregistrement en concert dignes de ce nom durant la période pré - The Wall, soit les années les plus brillantes du groupe. A ce titre, et avant de nous attaquer au live le moins inadéquat du Floyd, un petit récapitulatif s'impose.

Les fanatiques de la période Barrett ont toujours la possibilité de se rabattre sur le rare London '66-'67, bref combo audio-vidéo retranscrivant une version live augmentée d' "Interstellar Overdrive" (LE trip extensif du Floyd à l'époque) et de la B-Side "Nick's Boogie", en sachant que les qualités audio et vidéo y sont assez déplorables. Et après ça ? Rien de rien jusqu'à 1989, hormis bien sûr le fameux Live At Pompeii qui n'a de live que le nom (le groupe se produisant dans les ruines de la cité romaine sans le moindre spectateur face à lui). On trouve donc ensuite Delicate Sound Of Thunder qui couvre la tournée A Momentary Lapse Of Reason et qui n'existe à ce jour qu'en VHS ou en Laserdisc (pas d'édition DVD), et Pulse qui retrace la tournée de The Division Bell. Mais les fins connaisseurs savent également que David Gilmour a ressuscité sa collaboration avec Rick Wright en 2008 à l'occasion du Live in Gdansk, morceau de choix de la tournée solo On An Island du guitariste, disponible dans sa version Deluxe en duo CD-DVD et au cours duquel les deux hommes ont largement pioché dans le répertoire de leur ancien groupe, avec à la clé une petite partie de The Dark Side of The Moon, une version acoustique de "Shine On You Crazy Diamond", mais aussi quelques surprises comme le "Fat Old Sun" de Atom Heart Mother, "Astronomy Domine" de la période Barrett (que l'on retrouve aussi sur le CD Pulse mais pas sur le DVD) et surtout le magnifique "Echoes" de Meddle. Le meilleur compromis officiel vous fera donc associer ce live de Gilmour pour la qualité musicale et le DVD Pulse qui nous intéresse ici pour l'aspect visuel grandiose des grand-messes du Floyd. Quant aux insatisfaits, on les renverra à la case bootlegs (et ils sont nombreux) ou aux récentes versions Experience et Immersion des trois monstres floydiens (Dark Side, Wish You Were Here et The Wall) qui alignent des enregistrements audio-vidéo live inédits d'époque. Enfin bon, pour les versions vidéos, il faudra quand même casquer un peu plus de 100 € par album... espérons que ce tort financier sera réparé bien vite par des sorties vidéos séparées.

Pulse, dont la version DVD est sortie en 2006, possède à son actif plusieurs avantages dont le principal est de retranscrire, avec une qualité audio-vidéo exemplaire, le côté grandiose et époustouflant des lightshows floydiens. On est immanquablement saisi par cette mise en scène à base de flashs, jeux d'éclairages, rayons lasers, courts métrages vidéos diffusés sur une sorte de gigantesque monocle en fond de scène, et objets animés qui sortent des endroits les plus improbables (comme ces cochons fumants qui jaillissent de part et d'autre du toit). Aucun groupe à ce jour n'est capable d'une telle démesure technologique, même pas Nine Inch Nails et sa tournée Lights In the Sky, pourtant très impressionnante. Cet emballage visuel rend même indispensable la version de "Shine On You Crazy Diamond" qui y est proposée tant les éclairs aveuglants qui balayent le refrain nous flanquent la chair de poule. L'autre avantage majeur de Pulse est sa couverture intégrale de The Dark Side Of The Moon dans une version extrêmement fidèle à l'original, un gage de qualité sur plus de la moitié du concert. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, il faut maintenant parler des points négatifs. Premier point, et il faudrait voir à ne pas l'oublier, Pulse n'est pas un véritable live de Pink Floyd dans le sens ou Roger Waters n'y participe pas : logique, vu que le tyran a quitté le navire peu après The Final Cut. Deuxième écueil : étant donné que le live s'est déroulé le 20 octobre 1994 au Earls Court Exhibition Centre de Londres, il se trouve, au moins en partie, recentré sur les plus récents albums de ce Floyd bâtard et amputé qui a composé A Momentary Lapse Of Reason et The Division Bell. De ce fait, on est obligé de s'y coltiner un éreintante rasade de stadium rock U2isant limite ringard pendant presque trois quarts d'heure... et si certains tubes passent encore à peu près ("Learning To Fly", "High Hopes"), il y a au moins quatre morceaux qu'on essayera de bien vite zapper sous peine d'endormissement intempestif.

Moyennant quoi, ne boudons pas notre plaisir : entre un Dark Side Of The Moon intégral, deux extraits de Wish You Were Here ("Shine On You Crazy Diamond" et le morceau titre), trois de The Wall ("Another Brick In the Wall part 2", "Run Like Hell" et "Comfortably Numb") et un petit emprunt à Meddle ("One Of These Days"), on tient avec ce double DVD un bon nombre de pièces maitresses du Floyd restituées avec éclat. Et si le côté grandiloquent de la mise en scène en laissera certains de marbre, le spectacle de David Gilmour dans ses œuvres à la Stratocaster reste toujours un moment particulier pour tout amateur de guitare. Pulse demeure donc le DVD live de Pink Floyd à posséder absolument... en attendant mieux.
En savoir plus sur Pink Floyd
Commentaires
NicolasAR, le 21/11/2020 à 10:39
J'avoue que quand j'ai lu que la critique avait été écrite par un "pro Waters", j'ai éclaté de rire. Je me permets donc très modestement de vous renvoyer ici pour ma vision du Floyd Watersien, en vous souhaitant une excellente journée : https://www.albumrock.net/album-pink-floyd-the-final-cut-1102.html
Ledfloyd, le 19/11/2020 à 08:33
On sent que le critique est fait par un pro Waters... Pulse est parfait en tout point les morceaux de A Momentary Lapse Of Reason ne sont en rien comparable à U2. Et The Division Bell est l'un des meilleurs albums de Pink Floyd avec un David Gilmour à son apogée. Comment peut-on qualifier ''High Hopes et Learning to Fly'' de ça passe !? Et ne même pas parler de Sorrow qui est la meilleure musique de l'album de 87... Bref retourne écouter Katy Perry !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également
Compte-rendu de concert