↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Hällas


Excerpts from a Future Past


(13/10/2017 - The Sign Records - Hard Rock / Progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- The Astral Seer / 2- Repentance / 3- Nebulon's Tower / 4- The Golden City of Semyra / 5- Star Rider / 6- Shadow of the Templar / 7- Illusion Sky
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"Coup de maître pour un premier album"
François, le 15/11/2019
( mots)

La Suède est une véritable curiosité pour tout amateur de rock tant ce petit pays (en ce qui concerne sa démographie) a donné de nombreux groupes dont la quantité n’a d’égale que leur qualité. Du Metal au Rock progressif en passant par le hard-rock plus classique, pour ainsi dire d’Opeth aux The Flower Kings afin de se limiter à certaines des plus célèbres formations, tout amateur trouvera son compte chez nos voisins scandinaves. Il est donc temps de mettre en avant une formation plus récente mais plus que talentueuse, Hällas, avec son premier album, Excerpts from a Future Past (qui fait suite à un EP de 2015). 


Ce quintet à l’imagerie mystico-médiévalo-scienfictionesque navigue sur les rives du Revival rock des années 2010 avec une singularité audacieuse : plutôt que de puiser dans le chaudron des danaïdes de Led Zeppelin, ils se nourrissent avant tout de Wishbone Ash, mais également d’Uriah Heep (voire de Deep Purple). Il faut dire que la bande d’Andy Powell méritait d’avoir des admirateurs reprenant l’esprit d’Argus ou de No Smoke Without Fire. Impossible ici de ne pas penser à ces albums à l’écoute des traits de guitare ultra-mélodiques et syncopés, des soli en twin-guitars ; "Throw Down the Sword" n’est pas loin sur "The Golden City of Semyra", mais les Suédois modernisent largement le propos. 


Pour ce qui est d’Uriah Heep, on entend cette référence dans l’utilisation des vieux orgues typés et dans la dimension progressive de leur musique, les morceaux n’hésitant jamais à s’étendre au-delà du format radio. N’attendez pas de grandes fresques non plus, le propos est condensé en 6 ou 9 minutes. 


Par ailleurs, dans cet exercice, Hällas fait preuve d’une maturité remarquable : jamais de longueurs, présence de nombreux plans très bien trouvés, une articulation énergique entre les différentes parties. Il faut le souligner puisque même dans des premiers albums réussis, de nombreux groupes, parfois même aguerris, tombent dans le travers du bavardage. Preuve de cette maîtrise de la tension entre densité et efficacité, même quand le groupe donne dans des titres plus courts, il ne peut pas s’empêcher de verser dans la prog’ : le camélien "Repentance" en est l’illustration. 


Il ne faut pas pour autant que cette énumération de références donne une image trompeuse du groupe : si les inspirations sont multiples, elles ont largement été digérées pour que jamais nous ne tombions dans la redite, et que Hällas possède une belle identité. 


Cela vient des musiciens plus qu’ingénieux. Les guitaristes sont précis et très inventifs, à la fois véloces et aériens, ultra mélodiques, parfaitement en osmose. Au clavier, la palette utilisée est plus que convaincante, passant de l’orgue 70’s à des sons plus 80’s ("Star Rider"). Enfin, le chanteur (qui est aussi bassiste), possède un timbre tout à fait particulier mais plus qu’attachant, avec des variations impressionnantes, passant de l’aigu au rauque sans soucis apparents. Allez, un mot pour le batteur qui organise à merveille l’ensemble, qu’il faille être dans un registre hard-rock ou plus jazzy et transiter entre les deux sans pause ("Illusion Sky"). 


Ce sens de la composition fait que chaque titre paraît être un incontournable, du premier "Astral Seer" résumant le groupe, au tubesque "Star Rider" en passant par le progressif "Illusion Sky" … Inutile de citer les autres titres après vous avoir prévenu : ils sont tous excellents !  


Si, n’ayant jamais écouté le groupe, vous restez dubitatifs face à cette critique qui semble annoncer un nouveau prophète, tenez-le pour dit : "il faut l’entendre pour le croire". On ne prêchera pas longtemps dans le désert. Plus encore, il faut le voir pour le croire. Hällas est venu en France en 2019 pour accompagner Kadavar. Une première partie de 30 minutes, trop courte mais suffisante pour souhaiter une tournée en leur nom propre pour le prochain album annoncé pour début 2020. 


 

Si vous aimez Excerpts from a Future Past, vous aimerez ...
Commentaires
Alexx, le 18/11/2019 à 16:26
Super découverte, les guitares me font trop penser à Iron Maiden !
jicea, le 17/11/2019 à 00:29
Vivement mardi 19.11 . Hällas à la Laiterie de Strasbourg . Can’t wait !!!
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Janv. 2020
31
Sortie d'album

Hällas


Conundrum


Studio
Album de la semaine
À lire également