↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

W.A.S.P.


Golgotha


(09/10/2015 - Napalm Records - Heavy Metal avec beaucoup de c - Genre : Hard / Métal)
Produit par Blackie Lawless

1- Scream / 2- Last Runaway / 3- Shotgun / 4- Miss You / 5- Fallin Under / 6- Slaves Of The New World Order / 7- Eyes Of My Maker / 8- Hero Of The World / 9- Golgotha
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 1.5/5 pour cet album
"Un ramassis de tout ce que W.A.S.P. devrait éviter"
Erwan, le 28/10/2015
( mots)

Plus populaire dans les pays nordiques et en Allemagne, W.A.S.P n’aura pas marqué la France avec son nouvel album Golgotha disponible depuis le deux octobre. Par manque de popularité peut-être, mais aussi par manque d’engouement de la France pour le glam en général. Golgotha marque pourtant un genre de retour pour le pas si vieux groupe américain, six ans après leur dernière sortie.


De l’héritage de la fameuse scène de Los Angeles, W.A.S.P. n’est certainement pas le nom le plus prestigieux. Difficile de briller entre les Guns N’ Roses, Van Halen, Mötley Crüe ou encore Ratt. Au final, W.A.S.P. sera finalement plus connu pour son conflit avec la PMRC (The Parents Music Resource Center, association américaine de surveillance du contenu de la musique) que pour leurs productions musicales, qui n’ont pourtant pas spécialement à rougir de la comparaison avec Mötley Crüe par exemple. L’image du groupe s’est également aussi beaucoup dégradée au fil des années suite à de nombreux concerts annulés en 2010 et en 2012. Et il est difficile pour W.A.S.P. de revenir au bout de six ans d’une absence calamiteuse en terme de communication.


Il n’y plus grand-chose d’original dans le heavy de W.A.S.P. depuis quelques disques déjà, et le titre d’ouverture de Golgotha n’aide pas à se sortir de cet a priori. "Scream" est un simple copié-collé à la note près de "Crazy", qu’on retrouvait en ouverture de Babylon en 2007 (et qui déjà à l’époque ne brillait pas d’inventivité…). La comparaison avec le dernier disque en date de la formation s’arrête heureusement là, mais ne vous attendez pas à écouter quelque chose de frais pour autant. L’ensemble des riffs sonne comme du réchauffé, la palette vocale de Blackie Lawless est trop limitée, sa voix n’offrant aucune aspérité à laquelle se laisser accrocher. Il en va de même pour la production ultra froide et linéaire qui fait de Golgotha un disque monotone.


Pourtant, on sent que W.A.S.P. a fait quelques efforts pour que ce nouveau disque s’envole un peu plus haut que les précédents. Neuf morceaux originaux, pas de reprise pour combler le vide, des titres assez longs et un jeu solo plutôt propre, seule constante dans la carrière du groupe. Malheureusement, la longueur des morceaux devient un défaut quand elle n’est pas exploitée. Long de plus de 7min30, "Slave To The New World Order" n’offre pratiquement pas de changements d’atmosphère et reste trop classique dans sa structure. Au final, le titre s’éternise.


Un titre ressort cependant du lot. "Miss You", autre très long morceau de Golgotha, est également le seul qui parvient à toucher la corde sensible. Construit comme une power ballade, il alterne les temps calmes et monte en puissance dans les premières minutes, avec notamment un premier refrain presque chuchoté qui donne par contraste beaucoup d’énergie au second, avant un très beau solo old school, qui pour le coup se trouve dans la plus pure veine des solos de ballades des années 80. On aurait aimé retrouver, à défaut d’originalité et de modernité, un peu plus de traces des vieilles décennies du rock dans Golgotha, quitte à tomber dans le rétro assumé.


 


Car c’est aussi là que se trouve le problème de ce nouvel opus, et peut-être de là que vient sa production si neutre, c’est qu’il ne se situe dans rien. Il ne s’inscrit pas dans un courant moderne, mais ne montre pas non plus grand-chose des origines glam du groupe. Comme si ce qu’il reste de W.A.S.P. n’avait pas vraiment d’identité, et n’avait pas su décider quoi faire. Aujourd’hui, W.A.S.P. ressemble plus à un cadre maintenu en vie artificiellement par Blackie Lawless pour continuer de tourner sous un nom qui possède une certaine reconnaissance, plutôt qu’à un vrai projet musical avec une direction précise. Et même si la sortie de Golgotha a permis au groupe de reprendre la route pour des concerts qui ont apparemment plu aux fans cet été, ça reste un disque à éviter.

Commentaires
mani, le 21/03/2017 à 14:53
WASP est un groupe à part ... un GRAND groupe ... et d'ailleurs sa communauté est aussi disparate (âge, origine, goûts musicaux) que fidèle . Ne pas écrire une chronique sur un groupe aussi spécial lorsque on ne maitrise pas son sujet... WASP n'ai pas Juline Doré
texasman, le 31/12/2016 à 02:32
Comment peut on classé WASP dans le genre "glam"!!!??? T'y connais rien toi !!!