↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Pink Floyd


Atom Heart Mother


(02/10/1970 - Harvest - Prog éthéré - Genre : Rock)
Produit par Pink Floyd, Norman Smith

1- Atom Heart Mother / 2- If / 3- Summer '68 / 4- Fat Old Sun / 5- Alan's Psychedelic Breakfast
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (41 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"La vache ! Pink Floyd se met au prog symphonique !"
Nicolas, le 20/01/2012
( mots)

"Atom Heart Mother était une bonne idée, mais le résultat est horrible. J'ai ré-écouté cet album récemment : mon Dieu, c'est de la merde ! Probablement notre pire réalisation artistique !" David Gilmour, octobre 2001.

... ce qui n'a pas empêché ledit Gilmour de monter sur scène aux côtés de Ron Geesin au festival classique de Chelsea en juin 2008 pour jouer la pièce maîtresse de l'album incriminé. Comme quoi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Mais il est vrai qu'Atom Heart Mother reste un album... on va dire "particulier" au sein de la discographie du Floyd, et ce malgré un succès commercial à l'époque considérable (premier n°1 des charts anglais et premier disque d'or pour le groupe). Est-ce pour autant qu'il faut le dénigrer et le traiter par le mépris ? Pas forcément, mais il n'est peut-être pas inutile de défricher le terrain avant de se lancer dans l'exploration de cette bizarrerie.

Replacé dans son contexte, le projet "The Amazing Pudding", nom de code donné à la pièce principale de l'album avant sa mise sur bande, répond à trois impératifs : expérimenter encore et toujours afin de trouver une façon de mettre en valeur au mieux la musique du quatuor, rompre le sacro-saint cercle vicieux du psychédélisme spatio-oriental qui finissait par rendre le groupe prévisible (horreur suprême), mais aussi "coller à l'air du temps" en essayant de croiser les trips de Pink Floyd avec la musique classique, grande utopie des 70's alors en voie d'exploration par ELP et Genesis entre autres cadors du rock dit progressif. Un genre jusqu’ici inhabituel pour une équipe Waters-Gilmour-Mason-Wright par ailleurs peu versée dans les constructions complexes héritées du classique et pas forcément lotie techniquement pour faire face à un tel défi. On ne sera donc pas étonné outre mesure de constater qu'"Atom Heart Mother" a été co-écrit avec le fameux Ron Geesin évoqué en préambule, compositeur contemporain un peu touche à tout qui avait déjà collaboré avec Roger Waters sur la BO du documentaire The Body. C'est à Geesin que l'on doit les grands vecteurs de l’œuvre comme la composition du thème principal et l'idée d'arrangements délaissant les sempiternels violons pour préférer un contraste cuivres - chœurs.

Reste à combler la face B, car on ne va pas se voiler la face : Atom Heart Mother a été enregistré uniquement en raison de sa pièce classique, et tout le reste n'est que remplissage. Chaque songwriter y va donc de sa petite compo personnelle ("If" pour Roger Waters", "Summer '68" pour Rick Wright et "Fat Old Sun" pour David Gilmour), triplette à laquelle on ajoute un morceau expérimental loufoque dans lequel Alan Stiles, roadie du groupe, nous fait vivre l'un de ses petits déjeuners sous la houlette technique de Nick Mason. Et hop, l'affaire est emballée. Et puis tant qu'à surprendre l'opinion, autant le faire à fond ! C'est dans cette optique que Pink Floyd demande à Storm Thorgerson, graphiste en chef de la formation, de concevoir un artwork "simple et terrien", ce qui nous donne au total une pochette sans inscription et parée d'une... vache. Original, c'est certain.

"La mère au cœur atomique" (nom tiré d'un article de journal relatant la mise en place d'un pace maker chez une jeune maman) est une fresque extrêmement atypique pour le Floyd, mais c'est aussi, malheureusement pour elle, une pièce qui a assez mal vieilli. Difficile d'accrocher notamment à ce thème de cuivres pompiers qui fait preuve d'un certain manque de subtilité, difficile, également, de ne pas se perdre dans les méandres d'un morceau à tiroirs qui s'égare parfois dans des dissonances assez glauques. Mais le plus gros soucis de ce morceau est surtout d'ordre conceptuel, car si le projet de Pink Floyd était de faire évoluer sa musique, c'est plus ou moins raté en ce sens que jamais les parties orchestrales ne parviennent à s'emboîter correctement dans les interventions instrumentales du quatuor. Seule exception de taille qui sauve d'ailleurs largement le morceau : la deuxième partie qui voit se superposer un solo de violoncelle avec de magnifiques envolées lyriques de David Gilmour dans ce qui constitue l'une de ses premières grandes épopées à la Fender Stratocaster. On notera aussi de belles utilisation des chœurs dans un registre très néo-baroque (genre Carmina Burana) et une certaine logique dans la progression instrumentale, avec notamment le rappel régulier du thème principal tout au long du morceau. Mais l'ensemble reste inégal et très (trop) atypique, et il n'y a donc rien d'étonnant à ce qu' "Atom Heart Mother" ait été si peu joué en live... et on vous passe les détails logistiques et financiers propres à supporter, en tournée, la présence d'un orchestre classique aux côtés du groupe.

C'est curieusement sur la face B, une face de remplissage, donc, que l'on va découvrir le principal attrait du disque. Pourtant, on pouvait vraiment craindre de se retrouver dans le cas de figure du deuxième disque d'Ummagumma qui, avec ses compositions solo tantôt bancales, tantôt grandiloquentes, n'avait pas laissé une très forte impression (c'est le moins qu'on puisse dire). La surprise est donc de mise ici sur des formats, il est vrai, bien plus courts. C'est d'abord Waters qui s'en tire avec les honneurs sur un morceau folk dans le plus pur style British : "If" laisse libre court à des questionnements existentiels sur fond de petits arpèges acoustiques simples, prémices de sonorités et de thèmes que l'on retrouvera sur Meddle. Vient ensuite Wright et son délectable "Summer '68", jolie construction au piano qui s'envole vite vers des influences jazzy contrebalancées par des cuivres impériaux. Gilmour, quant à lui, verse dans le rock post Sgt Pepper sur un "Fat Old Sun" sensible même si pas extrêmement original, ce qui n'a pas empêché l'intéressé de reprendre ce titre lors de ses récents concerts solo de la décennie 2000 (notamment le sublime Live In Gdansk). Et puis il y a le fameux "Alan's Psychedelic Breakfast", pas forcément inoubliable mais amusant à écouter et surtout remarquablement enregistré pour l'époque. Les bruitages, portes de placards, bols posés sur la table, lait versé sur les céréales, bacon frit à la poêle et autres joyeusetés matinales, sont captés avec une fidélité saisissante, un paramètre qui prend tout son intérêt quand on sait qu'Atom Heart Mother est le premier album au monde à avoir été enregistré en quadriphonie. On ne sera pas non plus étonné de voir que l'ingé son en chef du projet n'est autre qu'un certain Alan Parsons...

Atom Heart Mother n'a pas son pareil dans la discographie du Floyd. Même si ce n'est pas l'album le plus réussi du groupe (ce serait plutôt l'inverse, d'ailleurs), il garde un charme certain en ce sens qu'il nous fait découvrir une face méconnue de la formation, moins futuriste, moins planante, plus en phase avec son époque (fin des sixties, début des seventies). C'est également la seule incursion de Pink Floyd dans le progressif symphonique, voie d'exploration bien vite abandonnée au profit d'un retour vers un mélange de folk hallucinée et de trips visionnaires planants. N'oublions pas qu'il a fallu que les quatre hommes passent par la phase Atom Heart Mother pour se réorienter vers le superbe Meddle, soit l'une des façons les plus magistrales qui soient de tirer les leçons de ses échecs. Et puis franchement, elle n'est pas si mal, cette vache. Non ?

Commentaires
Belial, le 30/08/2017 à 00:37
Pour qui se prennent ces critiques? il croient que leurs paroles sont de la bible; critiquer Atom heart mother? quelle idée, ma chanson préférée du Floyd après Echoes; classique, néoclassique, pompeuse je m'en branle, le morceau est un chef d'oeuvre, une pièce unique, parfaite et ronde, le reste ce n'est que la palabrerie gratuite, il n'y a qu à voir le nombre de groupes et d'orchestres symphoniques qui la reprennent aujourd'hui à travers le monde, serais tu plus connaisseur que tout ce petit monde monsieur le critique? de grâce faites nous un plaisir: arrêtez de critiquer et trouvez vous un gagne pain décent, nous on assez adulte pour apprécier ce qui est bon et ce qui ne l'est pas
Sydke, le 09/08/2017 à 13:25
"Même si ce n'est pas l'album le plus réussi du groupe (ce serait plutôt l'inverse, d'ailleurs)"... L'inverse ? Certainement pas. Longtemps, très longtemps que je ne l'avais plus écouté. En 2017, je le redécouvre et il vaut beaucoup mieux que ce que l'on veut bien dire. La pièce maîtresse est audacieuse, novatrice pour l'époque, mais pas vieillie. J'ai un faible particulier pour "Summer 68'", dernière pièce (déjà) composée par le regretté Richard Wright.
Jltqsd, le 09/07/2017 à 08:30
Cruelle critique,mais je ne suis pas objectif j'aime quasiment tout
Raphael, le 08/06/2017 à 10:30
Pas d'accord .... une oeuvre à part entière.... je prend plaisir à l'écouter .. et c'est tout ce qui compte ...
Sbylm53, le 04/06/2017 à 09:42
Pour moi, cet album est à part bien sûr, mais il est magnifique et n'a pas pris une ride. Je l'écoute très souvent et avec the wall, c'est le meilleur.
Foulquier, le 05/09/2016 à 20:11
Les magnifiques solos de guitare de David Gilmour (et le solo de violoncelle ! ) sont le principal attrait du long instrumental donnant son nom à l'album. Dans la deuxième face, "If" de Roger Waters, "Summer 68" de Rick Wright et "Fat Old sun" de Gilmour sont de très belles chansons. On peut donc regretter (comme pour "More" et "Obscured by clouds") qu'aucun titre de cet album n'ait été repris dans le Best of Echoes.
dingdong, le 28/07/2016 à 00:23
"s'égare parfois dans des dissonances assez glauques"... C'est quoi ces c****ries? désolé... C'est ce qui fait l'intérêt de ce morceau. L'alternance des moments. Un espèce de "Saucerful of Secrets" en beaucoup plus élaboré. C'est ce qui fait la puissance du morceau, un chaos (relatif) d'où se dégage une harmonie. Une pièce unique dans le rock "symphonique". Aucun autre morceau, à ma connaissance, n'a tteint une telle profondeur (à part quelques oeuvres de Jon Lord/Deep Purple, qui mélangent avec talent (dans un style plus classique) les sonorités rock et classique). Les autres sont soit un peu trop "pop" (Procol Harum), soit trop rigides (ELP). Que le résultat est été voulu ou pas, cet album est un patchwork halluciné. Mal vieilli? Par rapport à quoi? A nos esprits et nos oreilles anesthésiés par une esthétique admise?
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Pink Floyd


The Endless River


Critique d'album

Pink Floyd


The Division Bell


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct